Nathalie Bernardie-Tahir et Camille Schmoll (dir.), Méditerranée. Des frontières à la dérive, 2018

  • Le Passager clandestin, collection Bibliothèque des Frontières, BABELS
  • 2018
  • 120 pages
  • Français
  • Page de référence : http://lepassagerclandestin.fr/catalogue/bibliotheque-des-frontieres/mediterranee-des-frontieres-a-la-derive.html

Présentation

Comment la Méditerranée, qui est au cœur des politiques de dissuasion et de répression des migrations, est devenue une frontière Un ouvrage pour mieux comprendre la réalité des migrations

Durant ces trente dernières années, la Méditerranée est passée d’un espace de passage, un « espace-mouvement », à un « espace-nasse », un piège pour certaines mobilités. Ce livre met en lumière tout à la fois la dilution et l’extension des dynamiques frontalières. Il s’agit d’interroger les points de vue de ceux qui définissent la frontière, de ceux qui la contestent ou s’en accommodent et de ceux qui la vivent. En reprenant la généalogie des politiques du contrôle migratoire en Méditerranée, ce travail contribue à faire évoluer notre acception de la
notion de « frontière ».

Il montre que la forme sociale et spatiale que prend la frontière aujourd’hui ne constitue que le dernier épisode d’une longue histoire du passage et du tri. Or, les dynamiques sélectives, punitives et dissuasives du filtrage, du blocage et du renvoi tendent à se focaliser en des lieux spécifiques, qu’on peut ramener à trois types d’espace qui sont des lieux symboliques et concrets du contrôle : les îles de Méditerranée (Malte, la Sicile, Samos, Chypre) ; certains États bordant la Méditerranée auxquels est délégué le contrôle migratoire (Italie et Libye) ; la mer elle même,enfin, et tout particulièrement le canal de Sicile, en tant qu’espace
contesté et de résistance.

L’ouvrage se base sur des écrits d’une vingtaine de chercheurs et d’acteurs associatifs, et s’appuie à la fois sur l’analyse des politiques, l’action des différentes institutions de la migration (ONGs, associations, police etc.) et le récit du vécu des frontières par les migrants. Il a été coordonné par Camille Schmoll et Nathalie Bernardie Tahir.

Directrices de publication

Camile Schmoll est maîtresse de conférences à l’université Paris 7 Denis Diderot,  géographe, spécialiste des migrations dans l’espace euro-méditerranéen (migrants réguliers et irréguliers, réfugiés et demandeurs d’asile, nouvelles émigrations économiques sud-européennes). Elle développe une approche par le genre dans l’étude de ces migrations et s’intéresse particulièrement à la migration féminine. Ses terrains principaux se situent en Italie et à Malte.

Nathalie Bernardie Tahir est professeure à l’Université de Limoges, géographe, elle est spécialiste de Malte et de l’insularité. Elle travaille en géographie économique sur la mondialisation, les migrations internationales, et le tourisme.