APPEL A COMMUNICATIONS : Congrès de l’Association française de science politique, Section thématique 51 : “Expression et participation politiques en ligne de Chinois, de la diaspora et de Chine”, 2-4 juillet 2019, Bordeaux — LIMITE : 12/12/2018

Organisateurs

  • Emilie Frenkiel, maîtresse de conférences (UPEC, LIPHA)
  • Simeng Wang, chargée de recherche (CNRS, CERMES3)

Infos pratiques

Présentation

Fin 2017, on recensait 751 millions d’internautes en Chine, soit autant que les internautes américains et européens réunis mais seulement 53 % de la population chinoise. La possibilité, certes contrôlée, de s’informer, s’exprimer, débattre, se coordonner et organiser des actions collectives sur Internet a bouleversé la société chinoise, en particulier les jeunes générations. Le développement d’Internet en Chine a un impact décisif, auquel ce panel est consacré, sur l’opinion publique, sur la presse et sur le processus de prise de décision politique, et par conséquent sur les interactions entre la société et le Parti communiste chinois. Le Parti a opté pour un contrôle sophistiqué et stratégique des médias traditionnels et des réseaux sociaux (King, Roberts et Pan 2015 et 2017 ; Lorentzen 2014 ; Arsène 2017), si bien que les possibilités offertes par les réseaux sociaux de publier et faire circuler des informations, opinions ou récits d’événements controversés sont bien plus grandes qu’en dehors de la Toile.

Selon le « Rapport des qualifiés internationaux » (Guoji rencai lanpishu, International Talent Blue Book 2014), la Chine est devenue en 2013 le quatrième pays d’émigration du monde. Nous nous demanderons également dans cette section thématique comment les expériences vécues dans un pays démocratique contribuent au « développement de leur conscience politique » (Gamson, 1992). Une étude menée aux Etats-Unis sur les effets de la vie à l’étranger sur les changements de points de vue des étudiants chinois montre que « la libre circulation de l’information et les échanges de différents points de vue et opinions peuvent conduire certains d’entre eux à mesurer la difficulté de gouverner un pays si grand et complexe, tandis qu’en Chine ils suspecteraient le gouvernement de mentir constamment » (Tea Leaf Nation, 2015). Quant aux jeunes Chinois immigrés en France, la distance ne les empêche pas de participer à la production d’actualités à travers des réseaux sociaux, qui constituent ainsi une source d’information alternative aux médias contrôlés par le gouvernement. Etant donné le nombre limité de canaux mis à la disposition des citoyens chinois pour exprimer leurs opinions politiques, poster un article en ligne, envoyer des commentaires dans les forums, autrement dit toutes les formes d’expression politique et de stimulation de la posture citoyenne, deviennent valorisants voire socialement distinctifs à leurs yeux (Wang, 2017).

L’objectif principal de ce panel est ainsi de proposer une analyse des formes ascendantes de participation, des manières dont les internautes chinois ou d’origine chinoise naviguent entre différents environnements politiques (autoritaires, démocratiques, représentatifs, participatifs, etc.), s’expriment et participent, de façon plus ou moins critique à l’égard du pouvoir. Cette section thématique s’inscrit dans le courant récent d’étude de la participation politique non électorale en contexte autoritaire déjà documentée en ce qui concerne les universitaires (Frenkiel 2014), journalistes d’investigation (Repnikova 2017), les ONG (Froissart 2017) et grandes entreprises du Net (Deng et Liu 2017), les innovations locales de type budgets participatifs et assemblées délibératives (He et Warren 2011).

Nous avons déjà coordonné un numéro spécial dans la revue Participations sur la prise de parole politique en contexte autoritaire et dans sa périphérie à partir de l’exemple de la jeunesse chinoise mondialisée (Frenkiel et Wang 2017) et souhaitons approfondir la question du transfert et de la circulation des formes de participation, à travers différents terrains et enquêtes qui devront permettre de comparer l’impact du contexte politique dans lequel l’individu se situe sur sa participation politique. A ce titre, nous ouvrons cet appel à communication à de nouveaux chercheurs, au profil plus international.

Nous privilégions les communications appuyées sur les enquêtes empiriques. Les propositions de communications (1000 mots maximum, bibliographie exclues) devront être envoyées par courriel à chacune des responsables scientifiques de la ST avant le 12 décembre 2018 : emilie.frenkiel@u-pec.frsimeng.wang@cnrs.fr

Online political expression and participation of the Chinese from the diaspora and China

Late 2017, the Chinese Internet population comprised 751 million netizens, which amounts to the American and European netizens combined, but is only 53% of the Chinese population. Even under strict control, the possibility to inform and express oneself, debate, coordinate and organize collective actions online has thoroughly transformed Chinese society, especially young generations. The development of the Internet in China has had a major impact – which is the main focus of this panel – on public opinion, the press and the political decision-making process, and as a result on the interactions between society and the Chinese communist party. The Party has opted for sophisticated and strategic control of social media (King, Roberts et Pan 2015 et 2017; Lorentzen 2014; Arsène 2017) and the opportunities offered by social networks to post and circulate information, opinions or accounts of sensitive events are much greater online than offline.

In 2013, China has become the fourth country of emigration in the world (« International Talent Blue Book », 2014). In this panel, we will also investigate how living in a democratic country contributes to « developing the political consciousness » (Gamson, 1992) of Chinese migrants. A study on the impact of living abroad on the views of Chinese students in the US has shown that « the free information flow and exchange of diverse perspectives and opinions may lead some of them to appreciate the difficulty of governing a large and complex country, whereas in China they may suspect the government is always lying » (Tea Leaf Nation, 2015). As regards the young Chinese immigrants in France, the distance from their country does not prevent them from participating in news production thanks to social media, which constitute an alternative news source compared to government-controlled mainstream media. Given the limited number of channels at their disposal to express their political opinions, posting an article online, sending comments in forums, and all forms of online political expression and stimulation of citizenship are, to their minds, fulfilling and socially distinctive (Wang, 2017).

The main objective of this panel is to offer an analysis of various forms of ascending participation, ways in which Chinese netizens navigate in between different political environment, (authoritarian, democratic, representative, participative and so on), express themselves and participate, with a more or less critic mind vis-à-vis authorities. This section aims to further the study of non-electoral participation in authoritarian context, which has already documented the participation of academics (Frenkiel 2014), investigative journalists (Repnikova 2017), NGOs (Froissart 2017) and large Internet companies (Deng et Liu 2017), as well as local innovations such as participatory budgeting and deliberative assemblies (He et Warren 2011).

We have already published a special issue in Participations on Chinese youth online political expression (Frenkiel et Wang 2017) and wish to further contribute to the issue of the transfer and circulation of forms of participation thanks to different fieldworks and investigations which will make the comparison of the impact of the political context on an individual’s political participation possible. As a result, this call for paper is open to new scholars, especially with an international profile.

We will favour papers based on empirical research. Abstracts (1,000 words maximum, without references) must be sent by e-mail to each of the panel’s conveners before December 12th, 2018: emilie.frenkiel@u-pec.frsimeng.wang@cnrs.fr

Références / References

Arsène, Séverine. « L’opinion publique en ligne et la mise en ordre du régime chinois », Participations, vol. 17, no. 1, 2017, p. 35-58.

Deng, Jinting & Liu, Pinxin. 2017. « Consultative Authoritarianism: The Drafting of China’s Internet Security Law and E-Commerce Law », Journal of Contemporary China, 26:107, 679-695

Frenkiel, Emilie, 2014, Parler politique en Chine, PUF

Frenkiel, Emilie et Wang, Simeng (dir.). 2017. « Participer dans le monde chinois : une jeunesse connectée », Revue Participations. Vol.17, n°1

Froissart, Chloé, 2017, « Articulating institutionalized and non-institutionalized participation: experiences from East-Asian countries », 6th FNASIC

Gamson W., 1992, Talking Politics, Cambridge, Cambridge University Press.

Gary King, Jennifer Pan, and Margaret E. Roberts. 2013, « How censorship in China allows government criticism but silences collective expression », American Political Science Review, 107 (2), p. 326-343.

Gary King, Jennifer Pan, and Margaret E. Roberts. 2017. « How the Chinese Government Fabricates Social Media Posts for Strategic Distraction, not Engaged Argument », American Political Science Review, 111, 3, 484-501

He, Baogang et Warren, Mark. 2011. « Authoritarian Deliberation: The Deliberative Turn in Chinese Political Development ». Perspectives on Politics, 9(2), 269-289

Lorentzen P. L., 2014, « China’s strategic censorship », American Journal of Political Science, 58 (2), 402-414.

« Rapport des qualifiés internationaux » (Guoji rencai lanpishu, International Talent Blue Book). 2014. Centre pour la Chine et la globalisation (Zhongguo yu quanqiuhua zhiku, Center for China & Globalization ou CCG) et Académie chinoise des sciences sociales (CASS) de Pékin.

Repnikova, Maria. 2017. Media Politics in China: Improvising Power under Authoritarianism. Cambridge

Tea Leaf Nation, 2015, « Do Years Studying in America Change Chinese Hearts and Minds? » Foreign Policy. December 7, 2015

Wang, Simeng. 2017. « La resocialisation politique de migrants internationaux et leurs prises de parole politiques : Le cas de jeunes Chinois qualifiés à Paris », Participations. Vol.17, n°1, p. 155-176.

Zhou Y., 2006, Historicizing online politics, telegraphy, the Internet and political participation in China, Stanford, Stanford University Press.