EXPO : “Migrer au féminin : partir, rester, se souvenir” — 9 janvier-28 février 2019, Bibliothèque centrale de Tours

  • Exposition proposée par l’association Mémoires Plurielles. Histoires et Cultures des Immigrations en Région Centre
  • memoires-plurielles.org
  • en partenariat avec l’Université de Tours / Citeres-Cost
  • avec le soutien de la D.R.A.C. Centre Val-de-Loire

Raconter les migrations par le prisme des expériences féminines constitue une entrée originale pour comprendre l’histoire des migrations et reconnaître leur mémoire. La question des femmes dans et de la migration a en effet longtemps été ignorée. Pourtant, les migrations féminines ne sont pas nouvelles, les historiens montrent bien que les femmes furent présentes dans la plupart des migrations. Aujourd’hui, elles sont nombreuses à choisir ou subir la mobilité, représentant désormais plus de la moitié des nouveaux-venus. Si la majorité d’entre elles arrivent dans le cadre du regroupement familial, elles sont aussi de plus en plus nombreuses, depuis les années 1990, à émigrer seules.

L’exposition photographique « Migrer au féminin : partir, rester, se souvenir » propose dix photographies qui restituent les points de vue de femmes de générations différentes et révèle une diversité d’expériences migratoires. En privilégiant une approche sensible, cette première partie de l’exposition donne à voir le parcours de vie de femmes installées dans la région, à travers différentes expériences comme celles du travail, de la participation citoyenne et de la transmission culturelle. Ces photographies montrent des vécus différents selon l’époque, la génération, le milieu social et les conditions de migration.

Ces photographies sensibilisent le visiteur à l’expérience migratoire de femmes vivant aujourd’hui dans notre région. Elles ont un intérêt artistique, patrimonial mais aussi historique et sociologique car elles évoquent des parcours de vie, la place de ces femmes « là-bas » ou « ici », dans la société́ d’accueil. Certains portraits montrent des femmes marquées par les années, d’autres évoquent les revendications de leurs filles.

Une autre partie de l’exposition est constituée de l’installation « Moi, je les regarde » de l’artiste orléanais Malik Nejmi, réalisée pour le Centre National des Arts Plastiques en 2008‐2009. Dans cette œuvre, le photographe fait le portrait de cinq femmes vivant en couple mixte entre Orléans et Marseille. Cette installation se compose de trois ensembles photographiques (soit 15 photographies) accompagnées de cartels et d’entretiens réalisés auprès des cinq femmes, dont on peut écouter des extraits grâce à des casques accrochés près des photos.

Malik Nejmi, photographe d’origine franco-marocaine, est né à Orléans en 1973. Son travail est empreint d’une inspiration documentaire et ethnologique qui traque les différences (les diversités), autant celles qui se dévoilent à l’intérieur d’une même culture, d’un même pays, que celles qu’éprouve le vaste peuple des migrations, différences vécues avec des fortunes changeantes, des douleurs, des joies, des rejets … des exclusions.

Les rendez-vous à l’auditorium de la Bibliothèque Centrale

9 janvier  18h30 : inauguration

19h : « rencontre autour de l’image »

avec les photographes

Malik Nejmi et Benjamin Vanderlick

Comment saisir / se saisir de l’image des migrations ?

Rencontre avec et entre deux photographes dont les œuvres donnent à voir deux approches originales des migrations, croisant art et réflexion anthropologique. Ils partageront avec le public les réflexions sur leurs pratiques.

26 janvier 15h : Table ronde

Les femmes dans l’histoire des migrations d’hier à aujourd’hui

avec Chadia Arab  (géographe)

et Sylvie Aprile (historienne)

Les migrants sont aussi des femmes, depuis longtemps. On abordera la profondeur historique des migrations féminines, la question du genre et des rapports sociaux de sexe au cœur des migrations et des circulations.

30 janvier 19h : Film et débat

« La maternité d’Elne »

En présence de F. Goldbronn, réalisateur  du film

Entre 1939 et 1944, plus de 600 enfants de réfugiés espagnols, juifs et tsiganes, naissent à la maternité d’Elne à l’écart des camps. Le réalisateur a retrouvé une vingtaine de ces enfants, des mères et des membres du personnel de l’époque.

06 février 19h : spectacle

Puissance de vie: trois parcours de femmes”

par la Cie Pih-Poh

Ida Tesla fait entendre les voix de migrantes installées en région Centre Val de Loire. Elles se remémorent leur arrivée en France ou celle de leurs parents dans les années 1950, 1960 et 1970 jusqu’à leur vie aujourd’hui.

23 février 15 h : spectacle musical

“avec le temps… VA!”

par le Tivolio théâtre

Spectacle musical, création de Serge Catanese où la chanson fait le lien entre histoires de “cœur” et la vie sociale. … Chanter la chanson des autres incite à cultiver un autre regard et va à la rencontre d’émotions oubliées.

Depuis 2010, l’association régionale Mémoires Plurielles, Histoire et cultures des immigrations en région CentreVal de Loire rassemble un réseau d’acteurs associatifs et institutionnels qui œuvre par des actions diverses (animations pédagogiques, conférences, publications, formations, études, expositions) à la connaissance et la valorisation de l’histoire et des mémoires des immigrations, en collaboration étroite avec plusieurs enseignants‐chercheurs de l’Université de Tours / Citeres-Cost.

Coordination scientifique : Hélène Bertheleu, Julie Garnier et Pôleth M. Wadbled

Télécharger le programme : carte-migrer-au-feminin