CONFÉRENCES Emanuele Papi, professeur d’archéologie méditerranéenne à l’École archéologique italienne à Athènes invité du séminaire « Déplacements et circulations dans la Méditerranée antique », EHESS, Paris, 7-28 février 2019

Professeur invité

  • Emanuele Papi, professeur d’archéologie méditerranéenne, directeur de l’École archéologique italienne à Athènes

Emanuele Papi (30 Août 1959) est directeur de l’Ecole Archéologique Italienne à Athènes et professeur d’Archéologie Méditerranéenne à l’Université de Sienne à l’Ecole archéologique italienne à Athènes. Il est l’auteur de nombreuses publications et est spécialisé dans la topographie de Rome et d’Athènes pendant la période romaine, sur l’archéologie méditerranéenne (Italie, Grèce, Afrique du Nord) et sur l’économie et les commerces dans l’Empire romain.

Organisatrice

  • Cecilia D’Ercole, directrice d’études à l’EHESS, ICM.

Infos pratiques

  • Séminaire « Déplacements et circulations dans la Méditerranée antique »
  • les jeudis de 9h-11h
  • Salle 1 EHESS
  • 105, Bd Raspail, 75006 Paris

Programme

Jeudi 7 février 2019 : Hadrien à Athènes : l’invention de la tradition

L’empereur Hadrien a manifesté un philhellénisme très marqué et un intérêt particulier pour Athènes, où il a séjourné quatre fois. La ville s’est remplie de monuments, elle fut le siège de nouvelles institutions et le foyer de cérémonies de masse et de symboles, en continuité apparente avec le passé historique des Grecs. L’invention (et l’échec) de la tradition inventée par Hadrien sera illustrée et discutée dans la conférence.

Jeudi 14 février 2019 : Les expatriés grecs en Égypte : la perte de la tradition

L’Égypte ptolémaïque a été terre de migration des Grecs qui se sont installés dans des nouveaux établissements. La ville de Dionysias dans le Fayyum, fondée au IIIe siècle av. J.-C. a été bâtie avec un plan, style architectural, matériaux, techniques et décors de tradition exclusivement égyptienne. La composante grecque de la population maintint en revanche la langue comme élément marquant de la tradition d’origine.

Jeudi 21 février 2019 : Les Grecs sur l’Océan : la diffusion de la tradition

L’annexion du Maroc à l’empire romain (milieu du Ier siècle apr. J.-C.) alla de pair avec le déplacement de militaires et de civils, avec la construction de nouvelles villes et l’introduction de traditions civiles et religieuses, identifiables comme « romaines ». Des nouvelles formes, qui avaient eu origine en Grèce, sont alors apparues dans les images de culte et dans les statues honoraires, transposées sur les rives de l’Océan par les occupants « romains ».

Jeudi 28 février 2019 : Berbères et les autres : la conservation des traditions

L’historiographie des XIXe et XXe siècles a souvent considéré l’Afrique du Nord selon des modèles diffusionnistes. Technologie, architecture, culture matérielle, symboles et images auraient été importés au Ier millénaire par des peuplades étrangères (ibériques, phéniciennes, carthaginoises) en créant des formes culturelles « hybrides ». L’analyse de certains contextes montre en revanche comment les communautés locales ont maintenu des caractères et traditions autochthones.