CFP : Journée d’étude “Penser l’intersectionnalité dans l’espace public”, Vendredi 18 octobre 2019, Paris — LIMITE : 30/04/2019

Organisateurs.trices

  • Sarah Barnier (EHESS-CEMS- ANR Babels)
  • Victor Albert Blanco (Paris 8 -CRESPPA-GTM),
  • Cléa Pineau (Paris 1-CESSP)

Infos pratiques 

  • Date : 18/10/2019
  • CNRS Site Pouchet, 9-61 Rue Pouchet, 75017 Paris
  • Contact : je.intersectionnalite@gmail.com
  • Date de soumission des propositions : 30/04/2019
  • Format : un titre, un résumé (3000 signes espaces compris) et l’axe choisi. intitulé comme tel :  nom_prénom_axe.
  • Réponse aux candidatures : 01/06/2019
  • Date d’envoi des communications : 15/09/2019
  • Page référence : ici

Présentation

Forgé par la pratique militante et réinvesti par la recherche, le concept d’intersectionnalité  permet de penser l’expérience particulière vécue par des actrices et acteurs à l’intersection de différents rapports sociaux et l’imbrication de ceux-ci. L’une des fortes critiques qui est  dressée au concept est de naturaliser une sectorisation et d’enfermer les sujets dans des identités altérisées. Penser et rendre observable ces imbrications, voire cette consubstantialité des rapports sociaux, tout en leur conservant une propension processuelle et dynamique est alors l’un des enjeux de l’opérationnalité de ce concept, notamment dans sa dimension empirique. C’est dans cette perspective que s’inscrit cette journée d’étude, souhaitant nourrir le questionnement à partir de travaux et de terrains de recherche prenant pour objet l’espace public.
L’espace public est ici considéré comme un terrain privilégié pour l’étude de différents rapports sociaux et leurs imbrications. Pour certains il est une scène où se publicisent des rapports sociaux, pour d’autres l’espace public se co-construit en relation dialectique avec ces rapports. Les espaces publics sont également tributaires de décisions politiques et économiques. Prendre en compte cette multiplicité d’enjeux invite à nuancer l’image d’un lieu où les usager∙e∙s disposeraient d’une liberté d’aller et de venir. Ils sont des espaces où se jouent des relations basées sur l’interaction et la visibilité, sur des régimes multiples (de légitimité, identitaires…). Ils offrent ainsi des situations de coprésence qui donnent à voir des conflictualités sociales, “raciales” (entendue ici dans sa dimension de rapport social), religieuses ou de genre.

L’objectif de cette journée est de penser les rapports entre intersectionnalité et espace public. Elle est ouverte à toutes les disciplines des sciences sociales, nous privilégierons cependant les communications s’appuyant sur des travaux empiriques issus d’enquêtes de terrain […]

Appel à communications – JE intersectionnalité & espace public (1)