Prochaine séance : “Qualifications du racisme et réactions au racisme” — Mercredi 17 avril 2019

Séminaire de la chaire Migrations et Sociétés, coorganisé avec le département INTEGER de l’ICM

  • Mercredi 17 avril 2019
  • 10-12h
  • Amphithéâtre Halbwachs, Collège de France, 11, place Marcelin-Berthelot, 75005 Paris
  • Accès libre et gratuit

Programme

“Qualifications du racisme et réactions au racisme”

L’auto-déclaration des expériences de racisme et de discrimination des immigrés et descendants d’immigrés. Les apports de l’enquête Trajectoires et Origines (TeO)

Jean-Luc Primon (Maître de Conférences, URMIS, Université Nice Sophia Antipolis, ICM)

Dans le contexte français, depuis une vingtaine d’années, la recherche sur les discriminations à caractère ethnique ou racial s’est développée tout en se tenant à distance de l’étude du racisme. Les efforts dans ce domaine ont d’abord porté sur la mise au jour des discriminations et leur mesure dans l’emploi, le logement ou dans d’autres domaines de la vie sociale. Progressivement, le spectre des recherches s’est élargi à la question du ressenti ou encore de l’expérience des discriminations. Ces dernières années plusieurs analyses basées sur des entretiens ou des enquêtes de terrain ont exploré le rapport subjectif aux discriminations, en y incluant souvent l’expérience du racisme. Cet intérêt pour la dimension subjective des discriminations se vérifie également dans les enquêtes quantitatives avec l’introduction dans les formulaires d’enquête de questions demandant aux personnes de qualifier les situations qu’elles ont vécues ou d’auto-déclarer les expériences de discrimination. Sous cet angle, l’enquête Trajectoires et Origines (TeO, Ined et Insee, 2008), qui porte sur 22 000 personnes représentatives de la population métropolitaine âgée de 18 à 60 ans et qui comprend dans son échantillon une forte sur-représentation des immigrés, des originaires des DOM et de leurs descendants, se révèle particulièrement innovante. Pour saisir l’ampleur des inégalités et des discriminations, l’enquête combine à la fois mesures objectives et subjectives et elle permet aussi de collecter des informations sur l’expérience du racisme.

Dans le but d’analyser l’articulation entre expérience du racisme et expérience des discriminations chez les immigrés et descendants d’immigrés, notre intervention s’appuiera sur les résultats de TeO ainsi que sur un travail en cours mené en collaboration avec Patrick Simon à partir des mêmes données. En lien avec les origines migratoires, nous nous demanderons dans quelle mesure racisme et discrimination sont corrélés ou au contraire dissociés dans les déclarations des personnes exposées. Nous chercherons également à montrer ce que ces résultats nous apprennent des processus de subjectivation ou de conscientisation du racisme et des discriminations.

Visible Stigmatization and Contested Responses – Black Brazilians reactions to Stigma and Discrimination in Rio de Janeiro

Graziella Moraes Silva (Professeur assistant, Institut de hautes études internationales et du développement, The Graduate Institute Geneva) (en anglais)

In the past few decades Brazil went from a country described as a racial democracy to a country that implemented racial quotas in access to public universities and civil service jobs.  Recent surveys show that more than approximately 90 percent of the population, across racial identifications, agrees that there is racism in Brazil.  In short, in contemporary Brazil racial discrimination and prejudice is acknowledged and visible. Yet those same surveys show that only 22 percent of blacks (pretos) and browns (pardos) believe they have been discriminated against personally – a stark contrast to the US, where nearly 80% of African Americans state to have been discriminated against in the past.  Through 160 in depth interviews we have analyzed how blacks and browns from middle and working classes in Rio de Janeiro narrate their experiences of discrimination and report and justify their reactions to those experiences.