L’immigration dans l’Union Européenne de 2013 à 2017

Estimer le nombre d’immigrés arrivés dans l’Union Européenne (UE) sur une période donnée est une opération qui suppose de s’entendre sur ce dont on parle et de disposer de données à l’échelle de l’UE. Un immigré est une personne née dans un pays et résident dans un autre. Adaptée à l’UE, cette définition se traduit par : personne née dans un pays tiers à l’UE et résidant dans un pays de l’UE. On ne dispose de données assez complètes que pour l’année 2017. Cette année-là, 2,4 millions d’immigrés (au sens précédent) sont entrés dans l’UE. Comme 0,9 millions d’immigrés ont, cette même année, quitté l’UE, le solde migratoire pour l’année 2017 est de 1,5 million. Cela représente environ 0,3 % de la population totale de l’UE.

On dispose des données d’immigration sur la période 2013-2017 : 10,5 millions d’immigrés sont entrés dans l’UE sur ces cinq ans. Or, Il s’agit d’un cumul et il ne tient pas compte des sorties (retours, émigration vers d’autres pays, décès…). L’estimation du solde migratoire, soit l’augmentation effective du nombre d’immigrés dans les pays de l’UE, sur la période, est de 7 à 8 millions. On est donc très loin des 17,1 millions que Monsieur Dupont-Aignan a annoncés dans son communiqué le lendemain de l’Émission politique du 4 avril dernier sur France 2.

Sources : Chiffres d’Eurostat (données d’immigration par classe d’âge, sexe et pays de naissance 2008-2013; données d’émigration par classe d’âge, sexe et pays de naissance 2008-2013et de l’INSEE