Mercredi 17 avril 2019 — Séminaire POLICY

INVITES :
  • Mathilde Pette (Université de Perpignan, CRESEM) ;
  • Bénédicte Michalon (CNRS, Passages) et Damien Simonneau (Université Saint-Louis – Bruxelles, CED) ; Mathilde Darley (CNRS, Cesdip) ; Louise Tassin (EHESS / Université de Nice, URMIS).
HORAIRES ET LIEU :
  • 14h-17h ;
  • EHESS, 54 Bd Raspail, 75014, Paris, salle BS1_28.
PROGRAMME :

14h – 16h

Présentations

Mathilde Pette (Université de Perpignan, CRESEM, ICM Policy & Global)
« Quand l’État délègue la gestion des migrant-e-s au monde associatif »

Alors que les états européens externalisent une partie de la gestion et du contrôle aux frontières externes de l’UE à des pays tiers, on assiste aussi sur le territoire français à une délégation croissante de la gestion des populations migrantes vers le monde associatif. En intervenant dans des dispositifs de politiques publiques ou en en assurant parfois la gestion, les associations se retrouvent à participer à l’application des politiques migratoires (qu’elles contestent parfois simultanément). C’est alors la distance entre l’État et les associations qui peut être interrogée. En retour, cette participation a des effets sur la cause défendue, ses contours, ses modes d’action et les militant-e-s engagé-e-s. Délégation semble alors rimer avec institutionnalisation, juridicisation et professionnalisation.

Cette communication reviendra simultanément sur les résultats d’enquête réalisées dans la métropole lilloise auprès d’associations d’aide et de défense des étrangers sans-papiers ainsi qu’à la frontière franco-britannique sur les associations intervenant auprès des exilés vivant aux alentours de la ville de Calais.

Pette Mathilde, « Heurs et malheurs de la cause des migrants à Calais (1994-2016) », in Lendaro Annalisa, Rodier Claire, Vertongen Youri Lou (dir.), De la crise des réfugiés à la crise de l’accueil. Frontières, droits, résistances ?, Paris, Éditions La Découverte, à paraître en 2019 ; « Cherche travailleur précaire, Bac+5 souhaité, 1800 € bruts mensuels », Plein droit, vol. 112, n°1, 2017, pp. 17-20. 2014 ; « Associations : les nouveaux guichets de l’immigration ? Du travail militant en préfecture », Sociologie 4/2014 (Vol. 5), p. 405-421.

Bénédicte Michalon (CNRS, Passages, ICM Policy & Integer)
« Déplacer pour contrôler : les usages du déplacement dans les politiques migratoires »

L’actualité récente des migrations abonde d’événements qui illustrent le lien étroit entre politiques migratoires et déplacements contraints de personnes en migration. Ces déplacements contraints, moins connus que les déplacements dits « forcés » issus de conflits, d’événements climatiques ou de la pauvreté, sont provoqués par les politiques migratoires elles-mêmes et par les dispositifs techniques qui les accompagnent. Loin de ne représenter qu’une facette marginale du contrôle des migrations internationales, ces « mobilités gouvernementales » (Gill, 2009) en constituent en réalité à la fois un outil fort prisé et une finalité propre.

Le propos synthétisera l’état de la connaissance sur le pouvoir gouvernemental des déplacements orchestrés dans le cadre des contrôles migratoires. Il situe cette thématique au croisement des trois champs de réflexion que constituent les recherches sur l’enfermement, les mobilités et les frontières. Seront ensuite abordés les principaux axes à partir desquels les travaux existants abordent les modalités d’imposition du pouvoir et de restriction de la liberté individuelle par la mobilité. Enfin, une typologie des mobilités gouvernementales sera présentée, situées entre une contrainte matérielle forte et l’intériorisation de la contrainte par les sujets.

Discussion :

Damien Simonneau (Université Saint-Louis – Bruxelles, CED, ICM Policy & Global)

Mathilde Darley (CNRS, Cesdip, ICM Policy & Integer)

Louise Tassin (EHESS / Université de Nice, URMIS, ICM Policy & Integer)

16h-16h15 – Pause-café

16h 15 – 17h

Réunion de travail du projet DeCoMi (délégation du contrôle migratoire) « Gouverner les frontières : gestion et délégation du contrôle migratoire en Europe et au Moyen-Orient »

La séance est ouverte à tous les fellows de l’ICM, si vous souhaitez y participer, merci de vous inscrire en suivant ce lien.