Doris Bonnet et Véronique Duchesne, “Infécondité, procréation médicale et inégalités sociales” in: G. Etienne et N. Henaff (dir.), Inégalités en perspectives, 2019

Résumé du chapitre

Le développement des technologies de la reproduction, et notamment de la fécondation in vitro (FIV), permet aujourd’hui à certains couples (hétérosexuels) infertiles africains d’avoir un enfant. L’offre d’assistance médicale à la procréation (AMP) s’inscrit dans un système de soins libéral qui s’adresse prioritairement aux classes moyennes et urbaines. Certains couples ne trouvent pas dans leur pays les conditions ou les techniques recherchées et sont amenés à se déplacer à leurs frais dans des pays limitrophes ou encore en Europe ou aux États-Unis. D’autres couples résident en France où l’AMP est encadrée par les lois de bioéthique. Ce chapitre montre comment l’espace mondialisé de la reproduction renvoie à un rapport inégalitaire aux biotechnologies de la reproduction des couples africains infertiles selon leurs conditions socio-économiques, mais aussi selon leur lieu de résidence. Ce contexte renvoie au cadre théorique de la « reproduction stratifiée ».