6e SEMINAIRE ANNUEL du Réseau Migrations “Migrations et espaces publics : discours, pratiques et postures” — 13-14 juin 2019, EHESS, Paris

Le Réseau Migrations, créé en juin 2014 à Poitiers, est un réseau pluridisciplinaire qui regroupe des masterant·e·s, doctorant·e·s, post-doctorant·e·s, praticien·ne·s, chercheurs et chercheuses dont les objets d’étude intègrent le champ des migrations.

Présentation

Comment participer à définir la situation migratoire en tant que jeune chercheur.se en sciences sociales ? Cette journée d’étude se propose d’interroger la construction du problème public autour de la situation migratoire en incluant les jeunes chercheur.ses sur les études migratoires comme acteur.trices de la publicisation du problème. Si la notion de public reste floue, éphémère, diverse et traversé par des antagonismes, des oppositions et des conflits, il est possible de la définir comme « l’ensemble des personnes, organisations et institutions, indirectement concernées par la perception partagée des conséquences indésirables d’une situation problématique et qui s’y impliquent pour tenter de l’élucider et de la résoudre » (Cefaï, Terzi, 2012, p. 10). Or, l’enjeu de la constitution d’un public se situe précisément dans la définition du problème et dans le choix de sa résolution.

Cette journée d’étude propose donc une réflexion sur la construction du problème, ses modes de résolution et la posture des jeunes chercheurs en études migratoires dans un processus de publicisation du problème qui nécessite des lieux de luttes, d’échanges, d’arguments et de mise en évidence de l’action que recouvre la notion d’arène publique (Céfaï, 2002). La question spatiale est également prédominante au sein des études sur les migrations internationales, en termes d’échelle (locale, régionale, métropolitaine, nationale …), sous différents vocables (espace, lieu, territoire, zone …) ou articulée à d’autres questions (mobilité, ancrage, circulation, expérience, …). Au-delà de ces considérations conceptuelles et épistémologiques, il y a toute la dimension profondément empirique que le couple espace public et migration nous propose. Ici, l’espace n’est donc pas seulement réfléchi et conceptualisé, il est occupé et pratiqué. C’est notamment dans ces multiples lieux de la grande ville que celles et ceux qu’on appelle migrant.es se rendent visibles aux yeux des autorités et des autres acteurs de ces espaces (habitants, passants, commerçants, etc.).

Mais c’est aussi dans des espaces frontaliers, des espaces de communication et d’information, d’échange ou de discussion que ce public se construit comme “problème” (Zask, 2008). D’une part, se matérialisent la précarité des conditions de vie et la violence gestionnaire des administrations et des pouvoirs publics. D’autre part, se déploient d’innombrables stratégies d’occupation et de mise en réseau, des capacités d’agir et des modes de diffusion de discours et de représentations. C’est ainsi que la recherche se fabrique : pour observer et comprendre la complexité de ces dynamiques, les chercheur.es installent dans ces espaces publics, au sens large, une présence singulière, ambigüe à plus d’un titre.

A partir de ces considérations générales, le 6ème séminaire du Réseau Migrations se veut de réfléchir de manière approfondie aux plusieurs déclinaisons du concept de public en lien avec l’étude des différentes formes de migrations.

Télécharger le programme