La majorité des troubles psychiatriques sont liés aux conditions de vie dans le pays d’accueil

Andrea Tortelli, psychiatre et chercheuse, constate depuis des années l’augmentation du nombre de migrants pris en charge pour des pathologies graves. La dégradation de leur santé commence pour certains par les violences subies avant l’exil et sur le trajet de plus en plus dangereux, mais le principal facteur de risque serait la précarité sociale qu’ils rencontrent en arrivant. 20% des migrants vivent dans une situation socio-administrative instable (SDF, sans-papiers). Dans ce contexte de précarité sociale, le risque de souffrir de dépression est trois fois plus élevé que pour les non-migrants. Pour diminuer le risque de troubles psychiatriques dans cette population, il n’y a pas d’autre solution que d’agir sur les facteurs environnementaux, notamment sur un meilleur accès aux droits fondamentaux.

Auteur

Andrea Tortelli est psychiatre au Pôle GHU Psychiatrie Précarité Paris et chercheuse à l’INSERM. Elle a présenté sa thèse de doctorat en neuroscience, le 21 décembre dernier, intitulée « Incidence, prévalence et facteurs de risque sociaux de psychose chez la population migrante en France ».

Pour citer cette vidéo

Andrea Tortelli, “La majorité des troubles psychiatriques sont liés aux conditions de vie dans le pays d’accueil’”, De facto [En ligne], 8 | juin 2019, mis en ligne le 15 juin 2019. Réalisation : Catherine Guilyardi. URL : http://icmigrations.fr/2019/06/13/defacto-8-002

Droit d’auteur

De facto est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution-No derivative 4.0 International (CC BY-ND 4.0). Vous êtes libres de republier gratuitement cette vidéo en ligne, en respectant ces recommandations. N’éditez pas l’article, mentionnez l’auteur et précisez que cet article a été publié par De facto | Institut Convergences Migrations.