INTERVENTION de Laurent Faret dans le séminaire “Anthropologie des déplacements. Mobilités, mouvements, mondialisation” — Mardi 18 juin 2019, 19h-21h, EHESS, Paris

  • Mardi 18 juin 2019
  • 19h-21h
  • EHESS, salle 8, 105 bd Raspail,  Paris
  • Responsable : Michel Agier

Laurent Faret, (CESSMA/Université Paris Diderot et IRD/CIESAS Mexico)

Caravanes migratoires dans les Amériques. Nouvelle figure sociale de la mobilité internationale, entre vulnérabilités et politiques de contention

Le mouvement des caravanes de migrants centraméricains en route vers les États-Unis a focalisé l’attention des médias depuis l’automne 2018, dans le contexte d’un positionnement de l’administration Trump qui a fait de la question migratoire un thème de sécurité nationale, avec des effets induits sur les pays voisins et la gestion des frontières internationales. Si ces déplacements migratoires relèvent de formes moins nouvelles qu’il n’y paraît, leur existence et leur actualité témoignent de modalités migratoires en constante évolution, à la fois résultat de subjectivations des acteurs de migration comme des effets d’un ensemble de contextes locaux et internationaux marqués par des politiques de contention, d’externalisation des frontières et de vulnérabilité des populations mobiles à différentes formes de violence structurelle.

Les « caravanes » constituent ainsi une figure sociale encore peu analysée comme telle, une forme renouvelée d’expression et de visibilisation de circuits migratoires régionaux anciens, entre recherche de stratégies migrantes, adaptation à la mise en œuvre de politiques restrictives et protection vis-à-vis des groupes criminels tout au long des espaces de la mobilité. Cette séance du séminaire visera à mettre en débat les différentes explications à l’émergence de la figure de caravane et à ouvrir des pistes de réflexion sur ses effets à moyen terme et sur les perspectives analytiques que ces formes migratoires appellent aujourd’hui.