Sabrina Volant, Gilles Pison et François Héran, “La France a la plus forte fécondité d’Europe. Est-ce dû aux immigrées ?”, Population et sociétés, n°568, juillet/août 2019

  • Population et sociétés, n° 568, juillet/août 2019
  • Sabrina Volant, Gilles Pison et François Héran
  • En accès libre sur le site de l’Ined en français et en anglais

Résumé

Les immigrées contribuent aux naissances en France dans une proportion de 19 %. L’indicateur conjoncturel de fécondité des immigrées est plus élevé que celui des natives (2,6 enfants contre 1,8 en 2017), mais comme ce surcroît ne concerne qu’une minorité au sein de la population, il relève seulement de 0,1 enfant le taux de fécondité national, qui passe ainsi de 1,8 à 1,9 enfant par femme en 2017. Immigration ou pas, la fécondité de la France reste l’une des plus élevées d’Europe.