Michel Agier, “Devenir étranger dans un monde en mouvement”, AOC, 16 sept. 2019

Entre 2000 et 2018, 35 000 personnes ont trouvé la mort en Méditerranée, cette mer commune à l’Europe, l’Afrique, et au Proche-Orient. Une hécatombe dont l’histoire se souviendra et qui constitue la preuve physique d’un dérèglement qui devrait nous inquiéter : une partie de l’humanité est, encore aujourd’hui, négligeable, oubliable, sacrifiée sans être jamais sacrée. Il est alors nécessaire de s’interroger sur la figure de « l’étranger », cet « autre », qui n’est ni plus ni moins que nous-même.

En Europe, depuis les années 2000 et plus sensiblement depuis 2015, le drame des migrants aux frontières n’a cessé d’augmenter. Les gouvernements ont voulu se montrer protecteurs à l’égard de leurs citoyens en désignant les migrants comme une menace pour la sécurité et l’identité des pays.

Les murs, les expulsions, les contrôles de masse, la présence dissuasive de la police, la fermeture des ports aux bateaux de sauvetage… seraient censés rassurer des habitants apeurés, citoyens prêts à céder une part de leur propre liberté face au spectre de l’étranger dangereux, prédateur, profiteur, quitte à le priver, lui, des droits humains que nos pays considèrent pourtant comme universels, voire à le laisser mourir.

Si l’on connaît dans chaque recoin du monde la photo du petit Aylan qui ressemble tant à mon enfant, aimé, endormi, recroquevillé, le 3 septembre 2015 sur une plage turque, on connaît moins ou on ressent moins fortement ce que signifie le chiffre de 35 000 morts entre 2000 et 2018 en Méditerranée – cette mer qui nous est commune, Mare Nostrum, commune aussi à l’Europe, l’Afrique, et au Proche-Orient. Qu’avons-nous fait pour accepter de vivre à côté de cette hécatombe quotidienne dont l’histoire se souviendra ?

Lire la suite sur le site d’AOC (accès abonnés)