“Ce n’est pas nécessairement dans les milieux populaires que les dynamiques de conflit entre immigrés et non-immigrés sont les plus intenses.”, Patrick Simon dans Le Débat du jour, RFI, 6 oct. 2019

Peut-on parler d’immigration sans arrière-pensées politiques?

Emmanuel Macron voulait déjà en parler au moment du grand débat national conçu pour désamorcer la crise des «gilets jaunes». Il s’était ravisé. Un débat parlementaire initialement prévu sur le sujet, lundi 30 septembre 2019, a été repoussé pour cause de deuil national après la mort de Jacques Chirac. Mais, cette fois, ça y est, l’Assemblée nationale a parlé immigration aujourd’hui. Le président de la République a invité sa majorité à regarder le sujet en face, pointant le risque de devenir un parti bourgeois. Selon lui, les bourgeois ne croisent pas l’immigration. Ce sont les territoires les plus pauvres qui sont le réceptacle. Peut-on parler d’immigration sans arrière-pensées politiques ? C’est la question du jour.

Pour en débattre, Guillaume Nardin reçoit :

– Didier Leschi, directeur général de l’Office français de l’immigration et de l’intégration (OFII)
– Patrick Simon, socio-démographe à l’Institut National d’Études Démographiques (INED).