“Restreindre l’accès à l’aide médicale d’État pour les sans-papiers n’aura que des conséquences néfastes en matière économique et sanitaire”, tribune des chercheurs du département Santé de l’ICM, Le Monde, 8 oct. 2019

Alors qu’a débuté le débat parlementaire sur l’immigration, un collectif de chercheurs, dans une tribune au « Monde », met en garde le gouvernement sur une réforme visant à réduire l’aide médicale d’État. Elle est tout sauf un luxe pour les migrants.

Lire en ligne (accès abonnés)

Les signataires : Armelle Andro, sociodémographe, université Paris-I-Panthéon-Sorbonne ; Elie Azria, épidémiologiste, UMR1153 EPOPé, université de Paris, maternité du groupe hospitalier Paris Saint-Joseph ; Johann Cailhol, infectiologue, laboratoire éducations et éducations et pratique de santé (LEPS)-Paris-XIII et APHP ; Jean-Baptiste Combes, chercheur en économie de la santé, École des hautes études en santé publique (EHESP) ; Annabel Desgrees Du Lou,
démographe, Institut de recherche pour le développement (IRD), Institut convergences migrations ; François Héran, démographe, professeur au Collège de France, Institut convergences migrations ; Céline Gabarro, sociologue, Eceve, UMR Inserm 1123 ; Anne Gosselin, docteure en santé publique, Institut convergences migrations, ERES/IPLESP Inserm 1136 ; Anne-Cécile Hoyez, géographe, CNRS, UMR6590 ESO Espaces et sociétés ; Laurence Kotobi, socioanthropologue, université de Bordeaux-Faculté d’anthropologie, BPH U 1219-Inserm, Institut convergences migrations ; Maria Melchior, épidémiologiste, Inserm, Institut convergences migrations ; Valéry Ridde, directeur de recherche, Centre population et développement (EPED)/Institut de recherche pour le développement (IRD) ; Nicolas Vignier, docteur en médecine, spécialiste en maladies infectieuses et tropicales, GHSIF/ERES, Iplesp, Inserm UMR 1136.