Pourquoi les travailleuses du sexe chinoises à Paris se sont-elles mobilisées ?

Lassées des contrôles de police, des Chinoises migrantes se prostituant à Paris décident, en 2013, de se faire entendre et s’allier à d’autres travailleuses du sexe. Soutenues par Médecins du Monde, qui mène auprès d’elles un programme de prévention santé depuis 2004 avec le Lotus Bus, elles rencontrent policiers et élus et se font connaître du Strass, le syndicat du Travail Sexuel.

Hélène Le Bail, politologue spécialiste des migrations chinoises, a suivi cette mobilisation. Elle revient sur ce qui a déclenché le mouvement, la façon dont il a été perçu et sur ce qu’il a représenté pour ces femmes chinoises qui ne s’étaient jamais mobilisées auparavant.

 
Pour aller plus loin
L’auteure

Hélène Le Bail est politologue, spécialiste des migrations chinoises et des migrations par le mariage et du travail du sexe. Elle est chargée de recherche au CNRS et à Sciences Po Paris-CERI et fellow de l’Institut Convergences Migrations.

Pour citer cet article

Hélène Le Bail, « Pourquoi les travailleuses du sexe chinoises à Paris se sont-elles mobilisées ? », in : Sara Casella-Colombeau (dir.), Dossier « Les femmes sont-elles des “travailleurs immigrés” comme les autres? », De facto [En ligne], 12 | octobre 2019, mis en ligne le 17 octobre 2019. Réalisation : Catherine Guilyardi. URL : http://icmigrations.fr/2019/10/15/defacto-012-02/

Droit d’auteur

De facto est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution-No derivative 4.0 International (CC BY-ND 4.0). Vous êtes libres de republier gratuitement cette vidéo en ligne, en respectant ces recommandations. N’éditez pas l’article, mentionnez l’auteur et précisez que cet article a été publié par De facto | Institut Convergences Migrations.