Comment les diplômés d’origine subsaharienne réagissent-ils aux discriminations ?

Spécialiste de l’étude du racisme, des discriminations et des comportements politiques, Élodie Druez termine actuellement une thèse sur l’expérience de la racisation1 (concept sociologique utilisé pour englober l’ensemble des attitudes, propos ou comportements qui se réfèrent à la race) de diplômés descendants d’immigrés d’origine subsaharienne à Paris et à Londres et les conséquences que cela a sur leur rapport au politique.

Pour ces diplômés de la deuxième génération d’immigration subsaharienne, la question raciale est présente au quotidien dans toutes sortes d’interactions sociales. En comparant la deuxième génération en France et en Grande-Bretagne, la politologue montre que les Français d’origine subsaharienne minimisent ces expériences alors que les Britanniques politisent le racisme et les discriminations dont ils sont l’objet. Dans les deux cas, le diplôme du supérieur et le statut social qu’il garantit ne protège pas de la racisation.

1 (Note des coordinateurs scientifiques) En sociologie, les chercheur·e·s utilisent les termes racialisation ou racisation pour rendre compte du caractère dynamique de la formation raciale et du caractère socialement construit des catégories raciales. Le terme racialisation, utilisé dès 1961 par Frantz Fanon, domine les sciences sociales états-uniennes et britanniques. Il désigne à la fois la formation des groupes raciaux quels qu’ils soient (« blancs », « noirs », « asiatiques, etc.) et l’assignation des individus à ces groupes. En français, le terme racisation s’est aussi imposé, à la suite notamment des travaux de Colette Guillaumin. Il désigne, de manière générale, l’assignation racialisante à un groupe minoritaire (c’est-à-dire considéré comme non blanc). En cela, le processus de racisation comprend les expériences de racisme et de discriminations raciales.

Pour aller plus loin
L’auteur

Élodie Druez est doctorante en science politique et en sociologie, rattachée à l’Institut national d’études démographiques (Ined) et à Sciences Po Paris au Centre d’études européennes et de politique comparée (CEE). Elle est fellow de l’Institut Convergences Migrations.

Citer cet article

Élodie Druez, « Comment les diplômés d’origine subsaharienne réagissent-ils aux discriminations ? », in : Solène Brun et Patrick Simon, Dossier « Classes supérieurs et diplômés face au racisme et aux discriminations en France », De facto [En ligne], 13 | novembre 2019, mis en ligne le 20 novembre 2019. URL : http://icmigrations.fr/2019/11/18/defacto-013-02

Republication

De facto est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution-No derivative 4.0 International (CC BY-ND 4.0). Vous êtes libres de republier gratuitement cet article en ligne ou sur papier, en respectant ces recommandations. N’éditez pas l’article, mentionnez l’auteur et précisez que cet article a été publié par De facto | Institut Convergences Migrations. Demandez le code HTML de l’article à defacto@icmigrations.fr