AAC : “Exile, Home and Belonging”, Association of Modern & Contemporary France Annual conference, 10-12 septembre 2020, University of Leeds — LIMITE : 31 janvier 2020

Colloque annuel de l’ASMCF, 10-12 septembre 2020, à l’Université de Leeds (Royaume-Uni)

Présentation

En pleine période de tensions profondes sur le plan international concernant les frontières, la migration, le passage frontalier, ce colloque cherche à explorer les significations – changeantes et relatives – de l’exil, du pays d’origine, et de l’appartenance en France et dans les contextes francophones. Le but du colloque est de favoriser le dialogue sur ces thématiques dans un vaste éventail de disciplines et de perspectives critiques, dont la littérature, les cultures visuelles, la théorie, l’histoire, ainsi que des débats sociaux et politiques. L’exil et le pays d’origine sont des termes très contestés, et le sens que leur donnent l’individu ou le groupe risque d’entrer en contradiction avec des définitions légales de la citoyenneté et du statut de nation. De quelle manière ces tensions et contradictions de l’exil et de l’appartenance sont-elles formulées sous des formes culturelles, narratives, et théoriques de nos jours ? Dans quelle mesure ces discours représentent-ils une politisation ou une remise en question des conceptions dominantes – ou celles définies par l’Etat – de l’appartenance ?

Ce colloque encourage les participants à penser l’exil, le pays d’origine et l’appartenance en termes dialectiques : pour examiner ce que représente le pays d’origine aux yeux de la population majoritaire (dont la plupart n’ont peut-être pas vécu récemment la migration) et ce qu’il signifie pour l’«étranger» exilé. Quelles sont les influences du genre, de la sexualité, et de la classe sociale sur les significations du pays d’origine et de l’appartenance ? Tout en s’adaptant aux us et coutumes, aux lois d’une nouvelle communauté, comment les exilés vont-ils garder – ou changer – leur identification avec le lieu et l’espace ? Quelle est la représentation du pays d’origine ? S’agit-il d’un «ailleurs» éloigné ou d’une réinstallation «ici» ? Dans quelle mesure la théorie et les recherches critiques peuvent-elles éclairer les significations débattues de l’exil, du pays d’origine, et de l’appartenance ?

Si ce colloque prend comme point de départ le contexte contemporain, nous souhaiterions aussi aborder l’exil et la migration dans les contextes français et francophones d’un point de vue historique, pour examiner l’apport de celles-ci dans la compréhension des expériences et des pratiques d’aujourd’hui. En quoi le passé colonial de la France – et son histoire d’immigration, de déplacement, et de rapatriement – nous éclaircissent-ils les formes actuelles de l’exil et de l’appartenance ?

Nous acceptons des propositions de communication portant sur les thématiques suivantes (liste non exhaustive). Surtout, nous serions heureux de recevoir des propositions de la part d’étudiants en doctorat travaillant dans un domaine relié à l’ASMCF.

  • Le traumatisme, l’exil, et le discours
  • L’exil et le pays d’origine au cinéma, sur scène, et dans le monde du spectacle
  • Discours (auto-)biographiques de l’exil
  • Migrations, la diaspora, crises des réfugiés
  • Théories de l’exil, du pays d’origine, et de l’appartenance
  • Le pays d’origine comme espace de conflit, d’aliénation, ou de réconciliation
  • L’historicisation du déplacement forcé, de la dépossession, et de la déportation
  • Communautés d’appartenance (dans les espaces physiques et numériques)
  • L’artiste ou l’écrivain en exil
  • Identités multiples de l’exilé
  • L’exil ouvrant la voie à la transformation personnelle
  • Féminismes
  • Sexualités
  • L’espace, le lieu, et les géographies de l’appartenance
  • L’inclusion et l’exclusion

Modalités de candidature

La date limite d’envoi des propositions (250 mots environ) à ASMCF2020@leeds.ac.uk est fixée au 31 janvier 2020.

Intervenants principaux confirmés:

  • Johanna Siméant-Germanos (école Normale Supérieure – CMH)
  • Max Silverman (University of Leeds)
  • Bill Marshall (University of Stirling)

Comité scientifique

  • Sarah Waters
  • David Platten
  • Elizabeth Marcus