Quand et pourquoi l’immigrant a-t-il cessé d’être un citoyen en devenir ?

Hiroshi Motomura, juriste

Les États-Unis n’ont pas toujours traité les immigrants de la même manière. Les Européens blancs qui s’y installent en priorité jusqu’au milieu du 20e siècle sont considérés, dès leur arrivée, comme des « Américains en devenir ». Après la fin des quotas par nationalités en 1965, l’accueil ne vise plus une intégration rapide des nouveaux arrivants, mais leur impose de prouver qu’ils méritent d’être américains. Dans Americans in Waiting: The Lost Story of Immigration and Citizenship in the United States (Oxford University press, 2007), le juriste Hiroshi Motomura évoque ce pan oublié de l’histoire de l’immigration aux États-Unis.

 

L’enregistrement de cet entretien a eu lieu à l’occasion de la participation de Hiroshi Motomura au colloque L’expérience de la mobilité de l’antiquité à nos jours. II- Situations de l’entre-deux, organisé par Claudia Moatti et Emmanuelle Chevreau, du 20 au 22 juin 2019 à Paris.

L'auteur

Hiroshi Motomura est professeur émérite de droit à l’Université de Los Angeles (UCLA), fellow de la fondation Guggenheim et de l’American Law Institute.

Citer cet article

Hiroshi Motomura, « Quand et pourquoi l'immigrant a-t-il cessé d'être un citoyen en devenir ? », in : Antonin Durand (dir.), Dossier « En attendant les papiers », De facto [En ligne], 14 | décembre 2019, mis en ligne le 13 décembre 2019. Réalisation : Catherine Guilyardi. URL : http://icmigrations.fr/2019/12/09/defacto-014-02/

Republication

De facto est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution-No derivative 4.0 International (CC BY-ND 4.0). Vous êtes libres de republier gratuitement cet article en ligne ou sur papier, en respectant ces recommandations. N’éditez pas l’article, mentionnez l’auteur et précisez que cet article a été publié par De facto | Institut Convergences Migrations. Demandez le embed code de l'article à defacto@icmigrations.fr