Daphné Caillol, « Vulnérabilités féminines, pouvoir et enracinement : Une étude à travers les expériences quotidiennes des femmes migrantes domestiques à Amman »

Daphné Caillol est doctorant à l’Université Paris 7, Géographie-Cités (UMR 8504), Institut Français du Proche Orient (IFPO).

Elle bénéficie d’une bourse de fin de thèse de l’Institut Convergences Migrations depuis la rentrée 2019.

Directeur.trice de thèse : Nadine Cattan, directrice de recherche CNRS, Université Paris 1, Géographie-cités (UMR 8504)
Co-directeur.trice de thèse : Camille Schmoll, Maître de Conférence, Université Paris 7, Géographie-cités (UMR 8504), IUF, fellow de l’Institut Convergences Migrations

Sujet de thèse : « Vulnérabilités féminines, pouvoir et enracinement : une étude à travers les expériences quotidiennes des femmes migrantes domestiques à Amman »

Cette thèse se situe au croisement des études migratoires, des études de genres et des études urbaines et s’intéresse à l’expérience des femmes migrantes travailleuses domestiques à Amman (Jordanie). L’objectif de cette recherche est de proposer une lecture de la ville à travers les expériences de femmes migrantes à bas salaire. Cette approche permet de porter le regard sur certains processus souvent invisibilisés dans les études urbaines et migratoires comme la transformation des quartiers et espaces publics d’une ville par des femmes. Cette recherche met l’accent sur les notions d’enracinement, de vulnérabilités et de pouvoir personnel des femmes pour explorer comment elles agissent sur la ville. Les résultats présentés ici s’appuient sur un terrain de onze mois à Amman où j’ai vécu en colocation avec cinq femmes migrantes travailleuses domestiques et réalisé une centaine de récits de vie et d’entretiens semi-directifs.

Daphné Caillol est rattaché aux départements POLICY et INTEGER.

Projet de thèse