PUBLI : Marc-Alexandre Tareau, Lucie Dejouhanet, Marianne Palisse et Guillaume Odonne, “Circulations et échanges de plantes et de savoirs phyto-thérapeutiques sur la frontière franco-brésilienne”, Revue francophone sur la santé et les territoires, 16 déc. 2019

Résumé

Les pharmacopées sont, à l’image de toute production culturelle, des objets éminemment vivants et dynamiques qui se transforment et se réinventent constamment, au fil des contacts et échanges incessants qui se jouent entre les différents groupes humains. Les plantes médicinales sont, elles aussi, des « objets bioculturels » (Pordié, 2002) par la richesse et la complexité des relations que les sociétés entretiennent avec elles, elles aussi toujours en évolution.

En Guyane, et en particulier sur les espaces transfrontaliers, les interactions culturelles sont constantes. Les plantes et leurs usages circulent entre les communautés, participant au renouvellement et à l’hybridation continuelle des phytothérapies. Ces flux matériels et immatériels composent la réalité culturelle des espaces transfrontaliers du plateau des Guyanes.

Cet article se focalise sur la frontière franco-brésilienne matérialisée par le fleuve Oyapock. À la lumière d’entretiens menés dans la ville de Saint-Georges-de-l’Oyapock, nous proposons une description exploratoire des flux ethnobotaniques en contexte transfrontalier, en nous intéressant aux plantes médicinales échangées, à la diffusion des savoirs associés et donc aux modes de circulation des plantes et des connaissances. Cette étude compose une partie d’une recherche plus large sur les circulations bioculturelles à l’échelle de la Guyane et de ses voisins.

Mots-clés : Circulation, ethnobotanique, Guyane française, Brésil, plantes médicinales, frontière

Page de référence