Nadiya Ukrayinchuk : “La durée d’instruction des demandes d’asile nécessite d’être réduite afin de diminuer la trappe de « non-intégration »”, De facto n°20, repris dans Ouest France, 30 juin 2020

Les variations de la durée d’instruction des demandes d’asile peuvent expliquer, toute chose égale par ailleurs, pourquoi les réfugiés de profil similaire s’intègrent différemment. En s’appuyant sur l’Enquête longitudinale sur l’intégration des primo-arrivants (ELIPA), qui suit sur trois années (2010, 2011, 2013) les immigrés français ayant signé le Contrat d’Accueil et d’Intégration (CAI) en 2009, on constate que plus la durée d’instruction est longue, plus l’intégration (une fois le statut de réfugié obtenu) est lente — un effet qui ne disparaît pas complètement dans le temps.

L’article est issu du numéro 20 de De facto , intitulé “Migration, intégration et culture : approches économiques”.

https://www.ouest-france.fr/monde/migrants/point-de-vue-duree-d-instruction-des-demandes-d-asile-et-effets-sur-l-integration-des-refugies-6888564