Morgann Barbara Pernot : « De génération(s) en migration(s). Devenir mère chez les Yéménites à Djibouti »

Morgann Barbara Pernot est doctorante à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS), IRIS (UMR 8177).

Elle bénéficie d’une allocation doctorale de l’Institut Convergences Migrations pour une durée de 3 ans depuis la rentrée 2020.

Directrice de thèse : Blandine Destremau (IRIS – EHESS)

Sujet de thèse : « De génération(s) en migration(s). Devenir mère chez les Yéménites à Djibouti »

Les concepts de migration et de génération, bien que polysémiques, impliquent par essence l’existence d’une dichotomie continuité/ruptures. Ils permettent ainsi de penser l’articulation de l’espace et du temps qui, dans l’expérience de la migration, fonctionnent sur le principe des vases communicants. La violence de la rupture spatiale peut alors être compensée par une exacerbation de la continuité temporelle. Les générations étant portées physiquement et symboliquement par les femmes, la maternité, événement aussi intime que social, cristallise la menace d’une rupture intergénérationnelle. En découle une reconstruction de pratiques et représentations du maternel, figées à partir de discours sur l’authenticité culturelle.

Son étude se fonde sur une ethnographie menée auprès de trois générations de femmes yéménites, du village à la ville, de la ville à Djibouti.

Morgann Barbara Pernot est rattachée aux départements HEALTH et GLOBAL.

Projet de thèse