Mardi 15 septembre 2020, 9h-19h — 2e journée scientifique de l’ICM, “Aux sources de la migration” (retransmis en direct)

← Retour à la page précédente

Les études migratoires se déploient dans une grande diversité d’espace et de périodes mais toutes ont besoin pour analyser les flux et trajectoires, de s’appuyer sur des sources et des documents. Lorsque c’est possible, la mise en balance des documents administratifs et des statistiques de l’accueil avec la parole des migrants eux-mêmes permet déjà une grande richesse d’approche des phénomènes migratoires. Mais comment compléter ces documents, voire suppléer leur absence pour les espaces et les périodes les plus lointains ?

Cette deuxième journée scientifique de l'Institut Convergences Migrations se veut un moment d’échange et de confrontation des sources utilisées voire inventées pour imaginer d’autres manières de décrire les mobilités humaines, des monnaies aux images en passant par les objets, les archives d’associations ou d’organisations internationales.

Antonin Durand et Claire Zalc, organisateurs

Lieu

Centre de colloques, Campus Condorcet
1 place du Front Populaire
93300 Aubervilliers
M12 Front Populaire (sortie n°2)

Les vidéos seront bientôt en ligne...

 

Programme

9h-11h

Session 1 — Une diversité de sources pour décrire les migrations

Présidence : Claudia Moatti, professeure à l’Université de Paris 8 et à l’Université de Californie du Sud.
  • Thierry Wirth, directeur d’étude Muséum National d'Histoire Naturelle et à l’EPHE, épidémiologue : « Les bactéries comme traceurs des migrations humaines : du Néolithique à la globalisation »
  • Claudia Rapp, professeure d’histoire byzantine à l’Université de Vienne, fellow internationale de l’IC Migrations : « Mobility and Migration in Byzantium: Experiences and Expressions »
  • Antony Hostein, directeur d’études à l’École pratique des hautes études, numismate : « La monnaie comme source pour étudier les mobilités et les migrations. L'exemple de l'Antiquité romaine »
  • Valérie Matoian, chargée de recherche au CNRS, UMR PROCLAC, archéologue : « Les "Peuples de la mer" et les sources ougaritiques »
11h15-13h

Session 2 — Collecter les sources sur les migrations

Table ronde animée par Emmanuel Blanchard, maître de conférences en sciences politiques à l’Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines (sous réserve).
  • Aline Angoustures, Ofpra-Mission histoire et archives, Institut des Sciences sociales du Politique, Université Paris Nanterre : « La collecte des administrations en charge de l’asile et la connaissance scientifique : l’exemple de l’Ofpra »
  • Danièle Lochak, professeure émérite de droit public à l'université Paris-Nanterre ancienne présidente du GISTI : « Les archives du Gisti : une source d’information sur les politiques migratoires et les mobilisations liées à l’immigration des cinquante dernière années »
  • Patrick Simon, directeur de recherche à l’Ined : « Les sources quantitatives sur les migrations : un cadrage politique sur la recherche »
  • Claire Lévy-Vroelant, professeure, Université de Paris 8, et Linda Guerry, chercheuse associée au LARHRA, projet « Paris-Opéra » : « La mise en archives de l'Association des victimes de l'incendie Paris-Opéra. Réflexions sur une démarche plurielle »
14h-15h45

Session 3 — Sources sur les migrants, du national au global

Présidence : Claire Zalc, directrice de recherche au CNRS, directrice d’études à l’EHESS, directrice du département « Global » de l’IC Migrations.
  • Nancy L. Green, directrice d’études à l’EHESS :« Micro, Mezzo, Macro : Quelles sources pour quels niveaux d'analyse ? »
  • Charles B. Fawell, doctorant à l’Université de Chicago : « Les espaces interstitiels de l'histoire mondiale: Navires, itinéraires et mobilités »
  • Natalia Muchnik, directrice d’études à l’EHESS : « Étudier les diasporas modernes. Sources et historiographie »
16h-17h45

Session 4 — Les images comme sources

Table ronde animée par Jean-Barthélemi Debost, responsable des relations sciences-société à l’IC Migrations.
  • Tangui Perron, chargé du patrimoine audiovisuel au sein de l’association Périphérie, historien du cinéma : « Des caves aux parkings : richesse du cinéma militant et des médias alternatifs en région parisienne (1968-1982) »
  • Marianne Amar, responsable de la recherche au Musée national de l’histoire de l’immigration : « Ce qui reste invisible : relire les photographies de migration par leur hors champ »
  • Chowra Makaremi, anthropologue à l’EHESS et cinéaste : « 'Hitch : une histoire iranienne' : la mémoire des images »
18h-19h

Soirée de clôture — La fabrique des chiffres de l’immigration hier et aujourd’hui

  • François Héran, professeur au Collège de France, directeur de l’IC Migrations.
  • Paul-André Rosental, professeur à Sciences-Po Paris.

 

 

Télécharger le programme