PUBLI : Antonin Durand (éd.), Les voyages forment la jeunesse. Les boursières scientifiques David-Weill à la découverte du monde (1910-1939), Presses universitaires de Strasbourg, 2020

Présentation

En 1909, le banquier David Weill lançait la première Bourse de voyage permettant aux étudiants français, sans distinction de sexe, d’étudier un an à l’étranger. Cette porte ouverte sur l’Europe et sur le monde permit à une génération d’étudiantes – encore très minoritaires dans l’Université française – de découvrir le fonctionnement académique et la vie étudiante à l’étranger.

Ce volume regroupe neuf rapports de séjour rédigés par ces pionnières, nous offrant le témoignage de nouveaux savoirs, de pratiques de recherche et d’enseignement, mais aussi, plus généralement, de leurs impressions sur le monde de la première moitié du XXe siècle et sur la place nouvelle que les femmes y occupent.

À travers la mosaïque de pays et de disciplines qu’ils recouvrent – mathématiques, physique, chimie, biologie, géologie, économie –, ces documents offrent un nouveau regard sur les pratiques scientifiques dans le monde de l’entre-deux-guerres et sur la condition féminine au sein des élites savantes.

Table des matières

Introduction :
  • David Weill et ses boursières (Paul Mayens et Lucie Rondeau du Noyer)
Rapports de séjours des boursières scientifiques (Texte établi et annoté par Antonin Durand)
  • Alice Lapotaire, séjour en physique à l’université de Cambridge, 1910-1911.
  • Anna Carrier, séjour en physique à l’université de Genève, 1911-1912.
  • Suzanne Lauzanne, séjour en mathématiques à l’université de Rome, 1919-1920
  • Madeleine Dorleac, séjour en chimie à l’université de Glasgow, 1922-1923.
  • Marie-Louise Arnould, Italie, 1924-1925 (mathématiques)
  • Marcelle Philibert, séjour en géologie à l’université de Rome, 1925-1926.
  • Fernande Coupin, séjour en anatomie et zoologie aux universités de Francfort, Bâle et Zurich, 1929-1930.
  • Simone Mouchet, séjour en biologie à l’université de Montevideo, 1931-1932.
  • Magdeleine Apchié, séjour en économie politique à l’Université de Columbia (New-York), 1935-1936.
Commentaires (Antonin Durand)
  • Des pionnières de deuxième génération
  • Être une femme scientifique de 1910 à 1939
  • Le voyage étudiant et sa féminisation
  • L’élargissement du monde universitaire
  • La naissance d’un genre genré : le rapport de séjour
  • Les conditions matérielles du voyage féminin : du financement aux sociabilités
  • Vivre à l’étranger avec 10.000 francs par an
  • Femmes et étrangères en laboratoires
  • Participer à la vie étudiante
  • Les boursières dans la diplomatie universitaire
  • Regards sur l’enseignement étranger
  • Les boursières et l’influence française
  • Boursière David-Weill, et après ?
Table des matières