Ciné-club #7 : Border Patrol (1943) : un western comique à la frontière mexicaine

Alors que le festival “Images de Migrations : des films et des chercheurs” s’achève, voici la septième séance de son Ciné-Club consacrée à la frontière USA/Mexique avec la diffusion de Border Patrol (Lesley Selander, USA, 1943). Robert Mitchum y joue un de ses premiers rôles.

Françoise Lestage, fellow de l’Institut, nous en propose sa lecture.

La durée pendant laquelle les liens de visionnage demeurent actifs n’est pas dépendante de l’Institut Convergences Migrations.

À propos du film

La sortie de ce film en 1943 se situe à un moment particulier de la migration des Mexicains aux États-Unis, un an après le début du Mexican Farm Labor Program (ou programme Bracero), un accord binational qui, de 1942 à 1964, autorisa le travail temporaire d’environ un demi-million de Mexicains chaque année. Pourtant, dans le film, les migrants mexicains sont venus sans contrats, attirés par les salaires élevés promis par le patron d’une mine qui les garde prisonniers pour les exploiter.

La Border Patrol (Patrouille frontalière) dont il est question n’est pas celle, créée en 1924 par l’État fédéral, dédiée à la surveillance des frontières et à la lutte contre les entrées illégales d’étrangers dans le pays et le trafic de personnes, mais la police d’État du Texas, les Texas Rangers, un corps créé en 1835 alors que le Texas était encore mexicain.

Texas Rangers et migrants mexicains sont un prétexte pour un western comique et bon enfant dans lequel une police étatsunienne dévouée collabore avec la police des frontières mexicaine ; un film parsemé de quelques clichés sur la cuisine mexicaine et ses piments, et sur la femme mexicaine, fiancée aimante et guerrière intrépide et rusée, grâce à qui tout finit bien.

Ce film est aussi un échantillon très représentatif d’un genre cinématographique à part entière, tant au Mexique qu’aux États-Unis : le film frontalier (border genre/cine fronterizo). Celui-ci a pour thématique favorite les narco-trafiquants, le crime organisé et les histoires de migrants ; des thèmes que l’on retrouve dans Border Patrol traités sur le ton de la farce.

Françoise Lestage
Professeur, Université de Paris, URMIS

Voir le film