De “l’O.S. à vie” au travailleur “musulman”