Bienvenue dans De facto

Tous nos numéros

Comment l’enquête Trajectoires et Origines a changé la donne sur les statistiques ethniques en France
21 | Été 2020

Migration, intégration et culture : approches économiques
20 | Juin 2020

Inégalités ethno-raciales
et coronavirus
19 | Mai 2020

Les migrants dans l'épidémie :
un temps d'épreuves cumulées
18 | Avril 2020

Jeunes en migration,
entre défiance et protection
17 | Mars 2020

Les villes accueillantes
16 | Février 2020

Chiffrer les migrations : à quelles fins ?
15 | Janvier 2020

En attendant les papiers
14 | Décembre 2019

Classes supérieures et diplômés
face au racisme et aux discriminations en France

13 | Novembre 2019

Les femmes sont-elles
des « travailleurs immigrés »
comme les autres ?

12 | Octobre 2019

Réfugiés : du Niger à la Dordogne
10-11 | Été 2019

Les migrations contribuent-elles
à améliorer la condition des femmes
au pays d’origine ?

9 | Juillet 2019

La santé mentale des immigré.e.s
se détériore après leur arrivée
8 | Juin 2019

Sonder et comprendre les opinions
sur les immigrés et les minorités
7 | Mai 2019

La société française
et la construction
du « problème musulman »
6 | Avril 2019

Les mobilités étudiantes
et le plan gouvernemental
“Bienvenue en France”
5 | Mars 2019

Le maintien de l’État providence
est-il compatible avec l’accueil
des migrants
4
| Février 2019

La migration est aussi
une affaire de mots
3 | Janvier 2019

Organisations internationales
et mobilités
2 | Décembre 2018

Migrations africaines :
circulations et retours
1 | Novembre 2018

Numéro en cours

Comment se construisent les chiffres de l’immigration ? Comment se recueille et se conserve la mémoire de l’expérience migratoire ou celle des luttes pour l’accueil des réfugiés ? Comment les historiens des périodes les plus anciennes, qui ne peuvent s’appuyer ni sur la statistique publique ni sur les récits des migrants, parviennent-ils malgré tout à reconstituer les circuits migratoires antiques ?

À la suite de la deuxième journée scientifique de l’Institut Convergences Migrations, ce nouveau numéro de De Facto s’interroge sur la diversité des sources sur lesquelles s’appuient les études migratoires. Pour construire un savoir rigoureux sur un objet si souvent fantasmé, une grande inventivité est parfois nécessaire pour pallier l’absence de données ou l’imprécision de la mémoire.

Lire le numéro

De facto dans les médias

Tribunes