Love in migration

Le thème de l’amour dans les migrations est un sujet présent en filigrane dans nombre de trajectoires migratoires. C’est le sentiment qui lie le migrant à sa famille restée au pays, celui de la mère qui veut donner à ses enfants plus d’opportunités. C’est celui d’une personne qui souhaite rejoindre un partenaire au-delà d’une frontière ou, au contraire, fuir une union contrainte pour s’offrir la chance de choisir qui et comment aimer. C’est aussi l’amour fraternel construit sur les routes. Or, si l’amour n’est jamais loin lorsqu’on y prête attention, il n’a pas été aisé de trouver des films l’abordant ouvertement.

Toni de Jean Renoir, sorti en 1935, raconte l’histoire d’un ouvrier immigré italien qui tombe amoureux de Josépha, une immigrée espagnole. Au-delà d’une histoire d’amour, Toni expose à la fois l’âpreté de la vie des migrants de l’époque, l’imperméabilité des rôles assignés aux genres, mais aussi la question de la migration comme pourvoyeuse de solutions lorsqu’une destinée semble bloquée.

Brooklyn Secret d'Isabel Sandoval, sorti en 2020, nous emmène aux côtés d’Olivia, une immigrée philippine à Brooklyn qui prend soin d’Olga, vieille immigrée russe établie de longue date. Alors que le film s’ouvre sur son quotidien, ses stratégies pour prolonger son séjour et continuer à envoyer de l’argent à sa famille, elle va très vite faire la rencontre du petit-fils de sa patronne… Brooklyn secret présente les multiples réalités auxquelles sont confrontés les migrants aux États-Unis et, en filigrane, l’impact de la politique migratoire répressive de Donald Trump sur leurs vies. Tiraillée entre la peur de la déportation et le désir de trouver le bonheur, Olivia compose avec les circonstances, exposant à la fois sa force, sa solitude et ses doutes.

Entre 1935 et 2020, les politiques migratoires se sont renforcées et sont devenues de plus en plus strictes. Cette évolution a transformé l’expérience des couples dits « mixtes ». Soumis à de nombreuses formes de contrôles, de mesures et d’aprioris, l’amour des migrants (notamment issus d’un pays pauvre) envers un ressortissant d’un pays riche, est très souvent passé au crible de l’administration. Le mariage apparaît comme un chemin potentiel vers la régularisation et c’est souvent sous l’angle des tromperies ou des incompréhensions produites par les inégalités socioéconomiques que le sujet est systématiquement considéré par les administrations et le grand public.

Certes, la formation d’un couple peut, dans certains cas et avec pragmatisme, permettre de régulariser une situation. Mais cette union peut tout à fait déboucher sur une relation amoureuse ou amicale satisfaisante et sur laquelle il n’est demandé à nulle administration de porter un jugement. Inversement, certaines relations amoureuses mixtes jugées trop improbables échouent car elles sont mises en doute par les administrations.

La recherche – comme ces films – suggèrent que les parcours migratoires et conjugaux sont multiples.

Annaëlle Piva
Chaire de Recherche du Canada sur les Dynamiques migratoires mondiales
Membre de l'équipe P.A.R.I.S (Pour l’Avancement des Recherches sur l’Interaction Spatiale), UMR Géographie Cité, Paris.
Fellow au Département Policy, Institut Convergences Migrations, Paris

Brooklyn Secret

Réalisé par Isabel Sandoval

USA-Philippines, 2019, 1h30, fiction, VOSTFR, JHR
Avec Isabel Sandoval, Eamon Farren, Lynn Cohen

Olivia travaille comme soignante auprès d’Olga, une grand-mère russe ashkénaze à Brooklyn. Fragilisée par sa situation d’immigrante philippine sans-papier, elle paie secrètement un Américain pour organiser un mariage blanc. Alors que celui-ci se rétracte, elle rencontre Alex, le petit fils d’Olga, avec qui elle ose enfin vivre une véritable histoire d’amour. Mais celle-ci se complique lorsque le jeune homme apprend qu'Olivia est transgenre...

En présence de Blandine Destremau directrice de recherche en sociologie. Elle copilote actuellement un projet d'ouvrage Migrations, une chance pour notre système de soin.

Toni

Réalisé par Jean Renoir

Copie restaurée / Avant-première

France, 1935, 1h25, fiction, VF, Tamasa
Projection en avant première de la copie restaurée
Avec Charles Blavette, Célia Montalvan, Jenny Hélia

Immigré italien, Toni a trouvé du travail à Martigues où il tombe amoureux de Josépha, d’origine espagnole, dont l’oncle est un petit propriétaire prospère. Josépha se marie avec Albert qui a surtout des vues sur la fortune de l'oncle. Lorsque ce dernier meurt, Josépha projette de s’emparer de ses richesses et de s’exiler en Amérique. Surprise par Albert, elle le tue. Lorsque Toni apprend que Josépha risque la prison, il s’accuse du meurtre. Il sera abattu par un chasseur qui souhaite faire justice lui-même.

Jeudi 8 oct. 2020, 20h30
Cin'Hoche, Bagnolet

En présence d'un fellow de l'Institut Convergences Migrations.