Recherches en cours

Liste des 29 projets soutenus lors des deux premiers appels

TitrePrésentationAppelPorteur.seParticpant.e.s
COTIDIES — Conditions de Travail des Immigrés et Descendants d’Immigrés Et Santé en France : étude de faisabilitéLes immigrés constituent une population hétérogène en termes de pays d’origine, de niveau de qualification, mais connaissent des situations spécifiques liées à leur statut migratoire sur le marché du travail : déclassement suite à la migration ou discrimination au travail. Les descendants d’immigrés rencontrent des difficultés spécifiques (discrimination à l’embauche, contrats atypiques). Malgré ces spécificités, la question du lien entre santé et travail dans cette population n’a été que peu explorée comme le soulignent de récentes revues de la littérature internationale, L’objectif général du projet est d’étudier la faisabilité d’une étude de plus grande ampleur sur les risques psychosociaux au travail et santé mentale des immigrés et descendants d’immigrés en France, avec une approche multidisciplinaire, en partant de l’hypothèse que non seulement les immigrés et descendants d’immigrés occupent une position particulière sur le marché du travail qui pourrait les sur-exposer à des risques psychosociaux, mais que d’autres éléments de leurs parcours peuvent mener à des expositions spécifiques, tels que le phénomène de déclassement suite à la migration et la discrimination au travail, Nous mènerons des analyses sur l’enquête Conditions de Travail-RPS 2016, représentative des actifs occupés au niveau national, afin de d’examiner une possible sur-exposition des immigrés et descendants d’immigrés aux RPS et à une santé mentale dégradée, ainsi que leurs facteurs associés. Nous organiserons un workshop international pour rassembler des chercheurs de pays et disciplines différentes autour de cette question. Enfin, le financement rendrait possible de la préparation d’un projet de plus grande ampleur.02 (06/19)Gosselin Anne, chercheure post doctorante et coordinatrice scientifique ICM Health, UMR ProclacParticipant.e.s fellows :
Julie Pannetier, maîtresse de conférence en démographie à l'Université Paris Nanterre, CRESPPA,
Maria Melchior, directrice de recherche à l'Inserm, ERES, IPLESP/INSERM_S1136
Autres participant.e.s :
Sarah Memmi, Département Santé et Conditions de travail, Direction de l’animation de la recherche, des études et des statistiques (DARES), Ministère du Travail
FAMEXIL — Famille(s), parenté et intimité en exil dans le long XIX e siècleLe projet Famexil vise à aborder l’exil politique au XIX e siècle au prisme de la famille et de l’intime. Il vise à comprendre les effets de ces migrations contraintes en terme d’éclatement et de recomposition des familles, en mettant particulièrement en avant les acteurs méconnus des mobilités politiques que sont les femmes et les enfants. En croisant les documents issus des acteurs de la répression et de l’assistance avec les sources de l’intime que sont les correspondances et les égo-documents dans l’espace européen et colonial, il s’agira enfin de mesurer l’effet de l’exil politique les trajectoires et les stratégies des actrices et acteurs expatriés. Le budget sera consacré essentiellement à des missions de recherche en archives, à l’organisation d’une journée d’étude à l’automne 2020 et à la publication d’un ouvrage collectif en anglais issu de ces travaux.02 (06/19)Durand Antonin, coordinateur scientifique ICM Global, UMR ProclacParticipant.e.s fellows :
Delphine Diaz, maîtresse de conférences à l’Université de Reims Champagne-Ardenne, Cerhic,
Romy Sánchez, chargée de recherche au CNRS, IRHiS,
Sylvie Aprile, professeure à l’Université de Paris-Ouest Nanterre, Institut des Sciences sociales du Politique,
Hugo Vermeren, membre de l’École française de Rome.
Autres participant.e.s :
Fabrice Bensimon, professeur à Sorbonne-Universités, Centre d'histoire du XIX e siècle,
Alexandre Dupont, maître de conférences à l’Université de Strasbourg, ARCHE,
Thomas C. Jones, lecturer en histoire contemporaine à l’Université de Buckingham,
Jeanne Moisand, maîtresse de conférences à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Centre d'histoire du XIXe siècle.
GEMIFRO — Genre, Migrations FrontièresCette proposition de financement est le fruit d’un travail de réflexion collectif mené par le Réseau Genre et Migrations (RGM). Crée en 2018, ce groupe de recherche est porté par le GTM-CRESPPA et MIGRINTER. Le programme sera organisé autour de deux séminaires : 1) « Frontières et politiques migratoires » (28 et 29 novembre 2019) ; 2) « Frontières, migrations et construction des genres » (30 et 31 janvier 2020). Ces rencontres mettront en dialogue chercheur.e.s et doctorant.e.s des Suds et des Nords et elles poursuivront deux objectifs principaux : préparer un ouvrage collective et élaborer un projet commun basé sur des partenaires nationaux et internationaux. La mise en place d’une collaboration avec des collègues et des universités des « Suds » est doublement importante. D’un côté, elle permet de développer une critique réflexive aux niveaux épistémologique et méthodologique pour étudier les migrations dans une approche intersectionnelle pluridisciplinaire (sociologie, anthropologie, droit, linguistique). D’un autre côté, elle ouvre un espace de dialogue sur les questions migratoires à travers une perspective genrée afin de réfléchir sur les concepts et les outils de recherche à mettre en place pour arriver à une coproduction d’un savoir partagé qui déconstruise une vision occidental-centrée et androcentrée des migrations. Nous comptons ainsi contribuer à l’élaboration d’un espace épistémique pour l’émergence de nouveaux lieux de production des savoirs.02 (06/19)Miranda Adelina, professeure, MIGRINTER, Université de PoitiersParticipant.e.s fellows : Blandine Destremau, directrice de recherche, Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux (IRIS), EHEES, Jane Freedman, professeure, Cresppa-GTM, Paris 8, Fabienne Le Houérou, directrice de recherche, Institut d’études et de recherches sur les mondes arabes et musulmans (Iremam), Florence Lévy, postdoctorante, chercheure associée non statuaire, Centre d'études de la Chine moderne et contemporaine, Marie Françoise Vallette, maîtresse de conférences,, MIGRINTER, Université de Poitiers, Glenda Andrade, doctorante, Cresppa-GTM
Autres participant.e.s : Marina Ariza, chercheuse titulaire, Instituto de Investigaciones Sociales, Universidad Nacional Autonoma de Mexico, Irma Arriagada, Chercheuse titulaire au Centro de Estudios de la Mujer, Santiago, Chile, Hawa Ba, doctorante, MIGRINTER, Natacha Borgeaud-Garciandia, chercheuse titulaire, IICSAL-FLACSO/CONICET, Buenos Aires, Tamaryn Crankshaw, chargée de recherche, University of KwaZulu-Natal, Afrique du Sud, Angela Giglia, professeure, Universidad Autonoma Mexico-Iztapalapa, Mexique, Helena Hirata, directrice de recherche émérite au Centre National de la Recherche Scientifique, Cresppa-GTM, Juliana Kiyomura, doctorante, Université de Sao Paulo, Alice latouche, doctorante MIGRINTER, Cresppa-GTM, Nathalie Nakabanda, maître de conférences, Université Catholique de Bukavu, RDC, Nouria Ouali, professeure, Université Libre de Bruxelles, Mina Rakotoarindrasata, maître de conférences, Université d’Antananarivo, Madagascar, Elsa Tyszler, doctorante, Cresppa-GTM, Larbi Touaf, professeur Habilité, Université Mohammed I Oujda (Maroc)
ISLAMIGRATION — Organisation du colloque “Islam et luttes de l’immigration (années 1970-2005)” et publications associéesNotre projet de colloque s’intéresse à la place de l’islam dans les luttes de l’immigration en France des années 1970 à 2005. En faisant collaborer des fellows des différents départements de l’ICM et en créant des passerelles entre chercheurs et acteurs de la société civile, l’objectif est de réfléchir à ce qui reste souvent impensé dans les recherches sur les luttes de l’immigration, à savoir la place des pratiques, des croyances et des référents religieux dans les stratégies des acteurs mobilisés. Le colloque, prévu sur deux jours, combinera des sessions thématiques de présentation de travaux scientifiques, avec des tables rondes impliquant des acteurs engagés dans les causes immigrées. Plusieurs questions de recherche, transversales aux départements de l’ICM et mobilisant les compétences de nombreux fellows , seront privilégiées : peut-on considérer les associations musulmanes qui se mettent en place à partir de la fin des années 1970 comme des acteurs à part entière des causes immigrées ? Comment ces associations se positionnent-elles vis-à-vis des discrimination raciales et religieuses dont leurs membres sont souvent victimes ? Les lieux de mobilisation traditionnellement étudiés par les historiens et sociologues des mouvements immigrés (foyers, usines, partis, syndicats) sont-ils investis par des acteurs religieux, et si oui, de quelles manières ? Par-delà les interventions scientifiques et les témoignages d’acteurs qui nourriront les discussions du colloque, nous entendons poursuivre ce travail collectif à travers la publication d’un numéro de revue, d’un ouvrage collectif et de supports généralistes mis en ligne sur le site de l’ICM.02 (06/19)Laurens Sylvain, CMHParticipant.e.s fellows : Margot Dazey, ICM Integer, IAST, Juliette Galonnier, ICM Integer, Ined, Abdellali Hajjat, ICM Policy, Université de Nanterre, Narguesse Keyhani, ICM Integer, Université Lyon 2
Autres participant.e.s : Samir Hadj Belgacem, Université de Saint-Etienne, Mathilde Zederman, IEP Toulouse
MOBI DOC — Mobi Doc : des vidéos documentaires sur les migrationsMobi Doc est un projet de vulgarisation : il propose une série de vidéos documentaires sur la question des migrations et circulations en Europe et Méditerranée, hier et aujourd’hui. Partant du constat de l’écart entre l’état de la recherche et le grand public, notre équipe d’historiens et de vidéastes entend, dans le sillage de De facto, s’attaquer à cette question en alliant savoirs et nouvelles technologies.
Ces documentaires de format court (10-12 minutes), objet d’un scénario original, sont construits autour d’images d’archives, de cartes et d’illustrations conçues à cet effet, ponctuées d’entretiens avec des acteurs de la société civile et des chercheurs de l’ICM, qui éclairent les différentes facettes du phénomène migratoire à partir de leurs spécialités disciplinaires.
Nous visons un public le plus large possible : nos vidéos, interdisciplinaires, seront diffusées sur une chaîne Youtube créée à cet effet, partenaire de celle de l’ICM, et promues sur les réseaux sociaux ; elles seront aussi proposées comme rubrique complémentaire à De facto. Les vidéos seront publiées en plusieurs langues : des adaptations en anglais, italien et arabe seront réalisées à partir de la version française.
Ce projet pilote, de 12 mois, prévoit 6 vidéos. La première saison portera sur « les papiers ». Elle sera déclinée en trois épisodes : les documents et les pratiques d’identification ; les questions de nationalité et naturalisation ; les conditions de l’asile.
02 (06/19)Bossaert Marie, post-doctorante, membre de l'École française de Rome, membre associée au CetobacParticipant.e.s fellows : Antonin Durand, coordinateur scientifique ICM Global, UMR Proclac Autres participant.e.s : Veronica Ronda, vidéaste (Rome), Mattia Yaghmai, vidéaste (Rome)
MOBINAF — Mobilités transnationales et dynamiques de l’intimité en AfriqueCe projet de recherche collaboratif réunit des chercheur·es en anthropologie, sociologie et sciences politiques et vise à constituer un réseau international et interdisciplinaire de chercheur·es s’intéressant aux dynamiques intimes – affectives, conjugales ou sexuelles – des parcours migratoires partant de l’Europe et du Moyen-Orient vers l’Afrique. Le projet est organisé autour de 4 enquêtes de terrain comparatives (Zanzibar, Algérie, Comores, Sénégal) menées par les participant·es au projet ; l’organisation d’un panel consacré aux migrations intimes vers l’Afrique dans le cadre du workshop « The Power(s) of Love. New insights on intimacy in Africa » (Tanzanie, 10-12 décembre 2019) ; et la préparation d’un numéro spécial pour une revue anglophone à comité de lecture.02 (06/19)Despres Altaïr, post-doctorante Marie Curie, CNRS-IMAF, Université de Chicago, ICM Global/PolicyParticipant.e.s fellows : Jennifer Bidet, maîtresse de conférences, Université Paris Descartes, Cerlis, ICM Integer/Policy, Hugo Bréant, post-doctorant au DYSOLAB, Université́ Rouen Normandie, docteur associé au CESSP, Université Paris 1, ICM Policy/Integer.
Autres participant.e.s : Hamza Sidibe, doctorant en sociologie, Université Paris Descartes, Cerlis
Réhumaniser le soin — Migrations, une chance pour notre système de santé ? Notre projet vise à la production d’un ouvrage collectif, outil de participations larges (hors ICM) et de mobilisations, construit autour d’une question : Que révèle la migration sur les dysfonctionnements de nos approches en matière de soin et d’accompagnement. Comment la migration nous incite à repenser nos modes de prise en charge ? Nous voulons partir de l’analyse de la vulnérabilité des migrants avec l’idée de montrer non seulement comment ils inventent ou trouvent des ressources pour faire face à leurs besoins, mais aussi comment leur prise en charge révèle, de la part des professionnels et/ou des bénévoles de l’innovation dans les processus d’accompagnement. Nous espérons susciter une réflexion sur l’importance du care dans nos dispositifs de soins de santé. En effet, bien que les institutions françaises aient institutionnalisé de multiples mécanismes de solidarité il nous semble que l’attention portée aux aspects techniques, financiers, et aux procédures bureaucratiques, relèguent hors champ de nombreuses dimensions qui constituent un système de soin et qui le font fonctionner concrètement et au quotidien. L’objectif du projet est d’associer différents acteurs, autour de 5 sections qui comporteront plusieurs chapitres théorique ou analytique, un témoignage d’acteur(s) de la société civile (sous forme de vignette ou d’interview d’une quinzaine de pages), et une ou plusieurs photos illustratives, ou encore des croquis commentés. L’ouvrage comptera environ 200 pages.02 (06/19)Destremau Blandine, IRISParticipant.e.s fellows : Maria Teixeira, maîtresse de conférence, ECEVE (UMR 1123, INSERM), Doris Bonnet, directrice de recherche Emérite (IRD, UMR 196), Simeng Wang, CERMES3, Agnieszka Fihel, IEP Paris, Agnès Lainé, chercheuse affiliée, (UMR 8171, CNRS), Delphine Leroy, maîtresse de conférence, Université de Vincennes - Paris VIII, Christophe Adam, maître de conférence associé, Département de médecine générale, Université de Bordeaux
TRAJECT-DEXX — Trajectoires individuelles et collectives des dénaturalisés dans le premier XX e siècleLe projet Traject-DeXX vise à comprendre les relations entre nationalisation, migration et persécution dans une perspective globale à partir d’une étude sur les trajectoires individuelles et collectives des personnes victimes des politiques de retraits de nationalité. Il s’agit en effet de croiser différents contextes étatiques en intégrant les expériences des personnes concernées qu’on suivra au long de leurs parcours. Le projet porte sur l’étude des politiques de nationalité à travers l’étude de différents cas de migrations dans un espace transnational et transimpérial, pendant une période marquée par le colonialisme, les deux guerres mondiales, et l'émergence d'institutions supranationales. Il s'agit d'examiner comment les politiques de retraits de nationalité s’accompagnent de la définition de catégories de population visées par des politiques d’inclusion et d’exclusion, Le projet est structuré autour de trois axes : l’armée et le service militaire, les apatrides et les réfugiés ainsi que le droit et le travail. Y participent des chercheurs et chercheuses en sciences politiques, en sociologie et en histoire. Il s’agit à la fois de travailler ensemble un certain nombre de concepts afin d’en valider la pertinence heuristique, entre les disciplines - notamment le concept de « loyauté » qui étaye les politiques de dénaturalisation -, et d’approfondir nos connaissances sur les législations, les pratiques administratives et les stratégies des acteurs dans le cadre des procédures et des expériences de pertes ou de retraits de nationalité dans une perspective à la fois comparative (entre différents cas nationaux) et globale (par la reconstitution de trajectoires individuelles entre les pays), Nous entendons publier nos résultats, poursuivre notre réflexion dans le cadre d’un séminaire de recherche débuté l’année écoulée à l’EHESS, organiser une journée d’études, et participer plus largement à la discussion publique sur la place des migrants et le traitement qui leur est réservé dans les sociétés étudiées.02 (06/19)Becan Elif, doctorante au Cetobac, EHESSParticipant.e.s fellows : Marie Bossaert, post-doctorante, École Française de Rome, Cetobac, Emmanuel Blanchard, maître de conférences, Cesdip, Université de Versaille St-Quentin, Laure Blevis, maîtresse de conférences, ISP, Université Paris Nanterre, Aliénor CADIOT, doctorante, CRH, EHESS, Catherine Gousseff, directrice de recherches, CERCEC, CNRS, Andreas Guidi, assistant de recherches, Université de Konstanz, Anouche Kunth, chargée de recherches, IRIS, CNRS, Claire Zalc, directrice de recherches, IHMC, CNRS, EHESS
Autres participant.e.s : Enrica Asquer, post-doctorante, Università Degli Studi di Padova, Frank Caestecker, professeur, CESSMIR, Universiteit Gent, Michal Frankl, directeur de recherches, MIA, Akademie věd České republiky, Emmanuel Szurek, maître de conférences, Cetobac, EHESS
COLLABMIGR — L’analyse collective et le partage de données qualitatives en recherche sur les migrationsCe projet a pour objectif de créer une plateforme collaborative rassemblant des chercheurs qui étudient des phénomènes migratoires à partir d’une triangulation de méthodes qualitatives, en particulier le récit de vie et l’observation ethnographique. Il vise essentiellement à développer des pratiques collaboratives en recherche sur les migrations : d’une part à travers six séminaires collectifs d’analyse répartis sur deux ans, d’autre part à travers l’élargissement d’une base de données qualitatives Migreval. Cette base de données à accès restreint a été créée en 2015 à l’Université de Strasbourg en tant que projet pilote et est soutenue par l’Université franco-allemande depuis 2014. L’encadrement pédagogique de jeunes chercheurs, la création de structures de travail horizontales et les échanges entre plusieurs universités françaises et internationales joueront un rôle central dans le projet CollabMigr. Les possibilités de créer une archive nationale à partir de matériaux qualitatifs seront également étudiées en lien avec le Musée national de l’histoire de l’immigration à Paris, beQuali et l’association « Génériques ». Une collaboration sera également mise en place entre CollabMigr et des pionniers de l’histoire orale, Ronald Grele aux Etats-Unis et Paul Thompson en Grande-Bretagne.02 (06/19)Delcroix Catherine, DynamE, ICM IntegerParticipant.e.s fellows : Maïtena Armagnague, GRHAPES, ICM Integer, Lila Belkacem, LIRTES, ICM Integer, Hugo Bréant, Dysolab, ICM Integer, Blandine Destremau, IRIS, EHESS/CNRS, ICM Dynamics, Hélène Le Bail, CERI Sciences Po, ICM Integer, Adelina Miranda, MIGRINTER, ICM Policy, Laura Odasso, LAMES, ICM Policy, Anaïk Pian, DynamE, ICM Policy, Liza Terrazzoni, CEMS, EHESS/CNRS/INSERM, ICM Integer, Ingrid Tucci, LEST, ICM Integer
Autres participant.e.s : Claudine Attias-Donfut, DynamE, Ursula Apitzsch, Université Goethe de Francfort, Daniel Bertaux, DynamE, Lena Inowlocki, Université Goethe de Francfort, Smaïn Laacher, DynamE, Jean-Bernard Ouédraogo, IIAC-EHESS, Elise Pape, DynamE, Monika Salzbrunn : Université de Lausanne, Simona Tersigni, SOPHIAPOL, Patrick Watier, DynamE
POLASIE — Participation politique des populations issues de l’immigration asiatique en FrancePolAsie vise à étudier les processus de socialisation et la participation politique des “Asiatiques” en France. PolAsie explore trois hypothèses : 1) La population asiatique en France, migrants et descendants, vit une mutation générationnelle qui transforme les formes de participation politique. 2) Les récentes actions collectives des Asiatiques en France favorisent des formes plus classiques de participation politique. 3) Le pouvoir économique croissant des pays asiatiques et leur promotion d’un modèle alternatif aux démocraties libérales jouent un rôle dans le processus de socialisation politique, Pour cela, le projet s’articule autour de deux terrains d’enquête. 1) Une enquête auprès des élus issus de l'immigration asiatique documentera la réalité d'un « vote communautaire » ainsi que la contribution des élus à une représentation substantielle des minorités. 2) L’analyse des formes d'adhésion à différents systèmes politiques (des démocraties libérales aux régimes autoritaires) articulera le processus complexe de socialisation politique pré-migration dans le pays d’origine, post-migration dans le pays de résidence, ainsi qu'au sein de la diaspora, L'équipe est composée de sociologues, démographes et politologues. Il repose sur la complémentarité entre chercheurs spécialistes de l'étude des migrations et des mobilisations asiatiques et chercheurs spécialistes de la participation politique des migrants. Le projet repose sur une enquête multi-sites et sur des méthodes mixtes.02 (06/19)Le Bail Hélène, CERIParticipant.e.s fellows : Ya-Han Chuang, post-doctorante, Ined, ICM Integer, Laura Morales, Professeur, CEE - Sciences Po Paris, ICM Integer, Patrick Simon, Directeur de recherche, Ined, ICM Integer, Vincent Tiberj, Professeur, Sciences Po Bordeaux, ICM Integer, Hélène Le Bail, chargée de recherche, CNRS, CERI Sciences Po, ICM Policy.
Autres participant.e.s : Aurore Merle, maîtresse de conférence, Université de Cergy-Pontoise - AGORA, Lun Zhang, Professeur, Université de Cergy-Pontoise - AGORA.
ACADISCRI — Des discriminations dans l’académie ? Expériences des étrangèr.e.s et « minoritaires » dans l’enseignement supérieur et la rechercheCompte tenu des lacunes de la recherche relatives aux inégalités de traitement dans le monde académique, notre projet de recherche vise à donc à produire des connaissances originales concernant deux critères ou conditions minoritaires, personnes racisé.e.s et LGBT+, et à les appréhender de manière intersectionnelle, avec le sexe et la classe sociale. L’objectif consiste non seulement à mesurer l’ampleur des inégalités de traitement, mais aussi d’analyser leurs expressions concrètes en se focalisant sur plusieurs dimensions : les différentes formes qu’elles peuvent prendre (attitudes d’apparence positive, micro-agressions, harcèlement et chantage sexuels, attouchements, violences, discriminations), le contexte de l’interaction (relation hiérarchique, la présence et la réaction de témoins, la réaction de la victime, etc.), leur spatialisation (au sein ou en dehors de l’établissement, zones du campus, etc.), le recours à des institutions, etc, Grâce à l’utilisation de méthodes quantitatives et qualitatives et au croisement de plusieurs disciplines (sociologie, science politique et démographie), il s’agit d’ouvrir un chantier de recherche jusqu’ici trop peu exploré.02 (06/19)Bozec Géraldine, maîtresse de conférences, UrmisParticipant.e.s fellows : Abdellali Hajjat, maître de conférences, ISP, Marguerite Cognet, maîtresse de conférences, Urmis
Autres participant.e.s : Christelle Hamel, Ined, Fabrice Dhume, CRISIS, Sophie Pochic, CMH
LOCALACC — L'ACCUEIL EN QUESTION : LES LOCALITES URBAINES ET RURALES FACE AUX MIGRATIONSCe projet interroge l’émergence, les formes et la diffusion de l’implication des municipalités dans l’accueil des migrants. Sur la base d’une identification recensement des initiatives existantes en Europe et ailleurs dans le monde, il ambitionne de saisir la pluralité des engagements locaux, depuis l’implication informelles de municipalités isolées jusqu’à la constitution de réseaux de villes aux dimensions mondiales. L’observation comparée de situations locales en France, Espagne, Grèce, Italie, Portugal, Allemagne et Suède permettra de documenter les modalités (discursives, juridiques, matérielles et sociales) et les motivations de ces engagements. La mise en dialogue de deux approches du rôle des localités dans l’accueil des personnes en migration, à l’échelle locale d’une part, à l’échelle des réseaux de villes d’autre part, servira à appréhender leurs actions tout comme la façon dont circulent les discours, les pratiques et les acteurs autour des questions d’accueil. Ce projet, à l’intersection de la sociologie, de l’architecture, de la géographie et de la science politique, apportera une compréhension à la fois théorique et conceptuelle de ce phénomène de l’accueil par-delà la diversité de ses formes.02 (06/19)Michalon Bénédicte, chargée de recherche CNRS, PassagesParticipant.e.s fellows : Filippo Furri, doctorant, Université de Montréal, EHESS, Camille Gardesse, maîtresse de conférences, Ecole d'Urbanisme de Paris, Lab'Urba, Camille Guenebeaud, ATER, Université Paris Est Marne la Vallée, ACP, Cyrille Hanappe, maître de conférences, Ecole Nationale Supérieure d'Architecture Paris Belleville, AUSSER-IPRAUS, Louise Hombert, doctorante en Sciences politiques, Université Paris Dauphine, IRISSO, Thomas Lacroix, chargé de recherche CNRS, Maison Française d'Oxford, Stefan Le Courant, docteur en anthropologie, LESC, Nanterre, Evangeline Masson-Diez, doctorante, Université de Strasbourg, DynamE, Annaelle Piva, doctorante, Université Paris 1, Géographie-cités
Autres participant.e.s : Cristina Del Biaggio, maîtresse de conférences, PACTE, Amandine Desille, Marie Curie Individual Fellow, Université de Lisbonne, Soazic Dollet, doctorante, Ceri-Science Po, Anouk Flamant, maîtresse de conférences, Grhapes, INSHEA, Aude Claire Fourot, professeure, Simon Fraser University, Vancouver (invitée au Collégium de Lyon en 2019-2020), Camille Gourdeau, chercheure associée à l'Urmis, Université Paris Diderot, Aisling Healy, maîtresse de conférences, Triangle, Christine Lelevrier, professeure, Ecole d'Urbanisme de Paris, Lab'Urba, Olivier Pissoat, ingénieur d’étude CNRS, Passages
LOGEMENTS ORDINAIRES — Les migrants dans le logement ordinaire : modes d'accès, appropriations des intérieurs et patrimonialisationAlors que le logement des populations migrantes est généralement abordé sous l’angle de l’habitat insalubre ou spécifique (meublés, bidonvilles, foyers, etc.), cette recherche s’intéresse aux migrants dans le parc ordinaire, social et privé, au XX e siècle. Trois axes la structurent. Quelles sont les stratégies adoptées par les migrants pour accéder à ces logements (trajectoires résidentielles, réseaux, présentation de soi) ? Comment les migrants s’approprient-ils ces logements (en intériorisant ou en mettant à distance les normes dominantes) ? Sous quelles formes cette histoire est-elle patrimonialisée ? L’ensemble des vagues migratoires du XX e siècle seront étudiées – provinciales, étrangères, (post-) coloniales – dans une perspective comparative. L’approche micro-historique sera privilégiée : quatre immeubles avec des profils variés, situés à Saint-Denis et Aubervilliers, feront l’objet d’une enquête historique et socio-anthropologique approfondie. Au-delà des productions scientifiques attendues du projet (articles, un ouvrage collectif, un site internet), une restitution destinée au grand public est prévue sous la forme d’une exposition temporaire dans l’un des immeubles enquêtés. L’Association pour un musée du logement populaire (AMULOP) réalisera l’exposition. Cette exposition et les activités développées autour seront l’occasion de rencontres entre chercheurs et habitants (notamment scolaires) autour de l’histoire, de la mémoire et des enjeux politiques et sociaux de la patrimonialisation des quartiers populaires.02 (06/19)Belanger Emmanuel, CHSParticipant.e.s fellows : Emmanuel Bellanger, directeur de recherches au CNRS, directeur du CHS mondes contemporains, Anne-Sophie Bruno, maîtresse de conférences, Université de Paris 1, CHS, Marina Chauliac, ingénieure de recherche CNRS, DRAC Rhône-Alpes, IIAC-EHESS/CNRS, Muriel Cohen, chercheuse associée CHS, Elie-Benjamin Loyer, doctorant Paris 10, IDHES, Judith Rainhorn, professeure, Université de Paris 1, CHS, Charlotte Vorms, maîtresse de conférences, Université de Paris 1, CHS
Autres participant.e.s : Diane Chamboduc de Saint Pulgent, doctorante Université de Paris 4, Centre Roland Mousnier, Cédric David, chercheur associé IDHES, Pierre Gilbert, maître de conférences, Université de Paris 8, Cresppa, Fabrice Langrognet, docteur en histoire de l’université de Cambridge, Sébastien Radouan, maître de conférences associé ENSA Nantes, AAU
MINA93 — Mineurs non accompagnés en Seine Saint Denis: Parcours, Trajectoires, DispositifsCe projet de recherche collective est conçu en partenariat entre l’Institut convergence migrations et le Conseil départemental de Seine-Saint-Denis (CD93), A la fois migrants et jeunes à protéger, les mineurs non accompagnés (MNA) sont devenus un sujet important du débat public, avec l’augmentation rapide du nombre de personnes concernées. La question de leur prise en charge soulève des enjeux relatifs à la fois à la protection des personnes vulnérables, à la politique migratoire, et aux répartitions de compétences entre l’Etat et les collectivités territoriales. Cette question se traduit localement dans des réagencements professionnels, des tensions institutionnelles et des expériences contrastées des jeunes, A travers l’étude locale de la situation des MNA en Seine-Saint-Denis, de leurs trajectoires individuelles et de l’évolution des dispositifs, il s’agit de comprendre plus largement comment a évolué la prise en charge de ces publics, les effets de ces évolutions sur le destin des jeunes ainsi que sur les professionnels. Une diversité de méthodes (entretiens, archives, études quantitatives de dossiers) seront mises en oeuvre grâce à une équipe pluridisciplinaire, en coopération avec le CD93 (accueil de stagiaires, ateliers, recherche-action).02 (06/19)Bouagga Yasmine, TRIANGLEParticipant.e.s fellows : Doris Bonnet, IRD (membre du Ceped), chercheur émérite, Aline Cohen de Lara, professeure, Université Paris 13-SPC, UTRPP – EA 4403, Nora El Qadim, maîtresse de conférences, Université Paris 8 - CRESPPA-LabTop, Julien Long, doctorant à l’Université de Nantes (CRHIA).
Autres participant.e.s : Dorothée Lamarche, directrice de l'Observatoire Départemental de la Protection de l'Enfance
PIF — Politiques d’intégration des réfugiés en France : Enquête, Évaluation, InterventionL’intégration des réfugiés en France est une question cruciale, sur les plans politiques et scientifiques. La crise des réfugiés a généré de fortes demandes de la part des décideurs pour mieux évaluer et concevoir les politiques publiques d’intégration. La notion d’intégration fait toutefois l’objet de vifs débats scientifiques : son étude soulève des défis particuliers du fait des interactions entre les différentes dimensions de l’intégration, sur les plans économiques, socio-culturels, et politiques. Ce projet propose d’adopter une perspective interdisciplinaire pour analyser plusieurs canaux susceptibles de favoriser l’intégration des réfugiés, à court terme : (i) la formation linguistique, (ii) la réduction du temps de traitement administratif des demandes d’asile, (iii) l’augmentation des aides financières accordées aux réfugiés, (iv) l’intensification des contacts entre réfugiés d’une part, et citoyens nationaux et travailleurs sociaux d’autre part. Un premier volet de ce projet propose d’évaluer l’effet de la formation linguistique du Contrat d’intégration républicaine sur l’intégration socio-économique des immigrés. Le second volet de notre projet relève d’une collaboration entre l’École d’Économie de Paris, le Ministère de l’Intérieur et des ONG partenaires dédiées aux questions d’intégration telles que Coallia et France Terre d’Asile. Nous lançons, administrons et analysons la première enquête représentative des réfugiés récemment arrivés en France « Enquête sur l’Origine et les Perspectives des Réfugiés en France ». Enfin, un troisième volet de notre projet, en partenariat avec l’ONG Unis-Cité et le Ministère de l’Intérieur, prévoit d’évaluer le nouveau programme de service civique, Volont’R, lancé par la délégation interministérielle pour l’accueil et l’intégration des réfugiés en partenariat avec l’agence du Service civique.02 (06/19)Rapoport Hillel, PSEParticipant.e.s fellows : Hillel Rapoport, professeur Université Paris 1 et PSE et directeur du département Dynamics de l’ICM, Nelly El-Mallakh, coordinatrice scientifique ICM Dynamics, CNRS, Sarah Schneider, doctorante, PSE, Biagio Speciale, maître de conférence, Université de Paris 1 et PSE, Sorana Toma, maîtresse de conférence, CREST, ENSAE, Ilka Vari-Lavoisier, post-doctorante, Oxford/Trento et chercheuse associée au DIAL, Liam Wren-Lewis, professeur associé à PSE
VIO-GEN-MIG — Violences de genre en contexte migratoire : une étude ethnographique des expériences et parcours des femmes arrivées en France en situation de précarité socio-légale.Cette recherche vise une meilleure compréhension des processus sociaux produisant des violences de genre en contexte migratoire. Ce projet de recherche ambitionne de rendre visible les dimensions genrées de la précarité socio-légale en situation de migration, d’en saisir les ressorts structurels et de mieux appréhender les implications individuelles qui en découlent. Le projet examinera pour ce faire l’articulation entre d’une part l’accès au logement, à la santé, et à un statut administratif et d’autre part les formes de violences genrées que vivent les femmes après leur arrivée dans les régions Hauts-de-France et Ile-de-France. A partir de données ethnographiques, ce projet de recherche poursuivra trois séries de questionnements. Nous nous attacherons à étudier les formes d’hébergement des femmes en situation de précarité socio-légale ainsi que leur expérience quotidienne au sein de différentes structures, en examinant tout particulièrement les enjeux liés aux violences de genre. Une seconde série de questions aborde l’accès aux services de santé afin de comprendre les usages, dont les barrières à l’accès, de ces services par les femmes en situation de précarité. La manière dont ces services sont perçus par les femmes confrontées à des situations de violences de genre sera également étudiée. Enfin, une attention particulière sera dédiée à la compréhension des implications de différents statuts administratifs précaires sur le risque de violences sexuelles et de genre.02 (06/19)Freedman Jane, Cresppa-GTMParticipant.e.s fellows : Armelle Andro, professeure, Paris 1 Panthéon Sorbonne, IDUP, CRIDUP, Ined, Julie Pannetier, maîtresse de conférences, Cresppa-GTM
Autres participant.e.s : Nina Sahraoui, Cresppa-GTM et Collège d’études mondiales/FMSH
AMOCA-Paris-Opéra — Archiver, analyser et valoriser une action collective. La mobilisation de l’association des familles des victimes de l’hôtel Paris-Opéra (2005-2018)L’objectif est de contribuer, par le travail d’archivage à la préservation de la mémoire de l’incendie de l’hôtel Paris-Opéra et de la mobilisation qu’il a engendrée de la part des familles, pour la plupart étrangères et sans papiers. Il s’agira  aussi de travailler à des pistes de recherche et de valorisation de cette histoire.01 (11/18)Lévy-Vroëlant Claire, PU , LAVUEParticipant.e.s fellows : Linda Guerry (LARHRA)
Autres participant.e.s : Alain Blum, DR (EHESS et INED), Sarah Clément (Génériques), Franck Veyron, responsable des archives (La contemporaine, Nanterre)
CIRCUMED — Circulations du personnel de santé à diplôme européen et non-européen dans l’UE et l’AELE : parcours, dispositifs d’insertion et processus de discriminationPar la constitution d’un réseau d’experts internationaux, l’objectif de cette journée d’études est de contribuer à une compréhension plus large des changements dans le secteur du care à l’échelle européenne.01 (11/18)Sirna Francesca, Centre Norbert Elias UMR 8562, CNRS-EHESS-AMUParticipant.e.s fellows : Simeng Wang, CR (Cermes3), CR ; Marguerite Cognet (Urmis), MCF ; Laura Schuft, MCF (Urmis)
Autres participant.e.s : Christelle Fifaten Hounsou, post-doctorante (Urmis) ; Jean-Luc Alber, Professeur associé (Institut de recherche en santé, HES-SO, Suisse)
CRITMIGR — Les approches critiques dans les études migratoiresDeux journées d’étude (Paris, avril 2019 et Oxford, novembre 2019) réuniront des spécialistes pour cerner et caractériser le retour d’approches critiques au sein des études sur les migrations internationales dans un contexte de durcissement des politiques migratoires.01 (11/18)Schmoll Camille, Géographie-citésParticipant.e.s fellows : Swanie Potot, CR  (Urmis), Thomas Lacroix, CR  (Maison Française d'Oxford)
DECOMI — Gouverner les frontières : gestion et délégation du contrôle migratoire en Europe et au Moyen-OrientCe cycle d’ateliers explore les logiques de délégation du contrôle migratoire à des acteurs non étatiques, qu’il s’agisse d’entreprises privées, d’associations, de riverains ou, au moyen de mesures contraignantes individualisées, des personnes en migration elles-mêmes.01 (11/18)Darley Mathilde, CESDIPParticipant.e.s fellows : Marie-Laure Basilien-Gainche, PU (EDPL) ; Mathilde Darley, CR  (CESDIP) ; Camille Guenebeaud, post-doctorant (TVES) ; Shira Havkin, post-doctorante (CERI), Léa Macias, doctorante (EHESS, associée à l’IFPO, Amman) ; Daniel Meier, CR  (PACTE) ; Ségolène Mennesson, doctorante (CEE & GERME) ; Bénédicte Michalon, CR  (Passages) ; Lamia Missaoui, MCF (PRINTEMPS) ; Damien Simonneau, post-doctorant (Centre Emile Durkheim) ; Louise Tassin, doctorante (Urmis)
DIRA — Dire le racisme : Enjeux méthodologiques et conceptuels des enquêtes sur le racisme et les discriminationsCe projet de recherche collaborative à visée méthodologique s’intéresse, d’une part, à l’effet du statut racial de l’enquêteur.rice sur la relation d’enquête et les discours recueillis auprès d’individus racisés, et d’autre part, à la manière, potentiellement variable, dont ces individus qualifient et disent le racisme et les discriminations, selon les dispositifs d’enquête et les questions posées.01 (11/18)Bozec Géraldine, UrmisParticipant.e.s fellows : Maïtena Armagnague, MCF (Grhapes) ; Géraldine Bozec, MCF (Urmis) ; Milena Doytcheva, MCF (CeRIES) ; Elodie Druez, doctorante (CEE) ; Yvan Gastaut, MCF (Urmis) ; Jean-Luc Primon, MCF  (Urmis)
EMIGROSCOL — L'expérience migratoire dans l'orientation scolaireCe projet a pour objectif d’analyser les modes d’agencement et de construction de l’orientation scolaire des jeunes migrants dans le contexte socio-institutionnel qu’est la désignation de ces publics comme « EANA » (élève allophone nouvellement arrivants) dans les deux académies d’Île-de-France durant une année.01 (11/18)Armagnague Maïtena, Grhapes, MIGRINTER, CEDParticipant.e.s fellows : Lila Belkacem (LIRTES) ; Géraldine Bozec (URMIS) ; Séverine Chauvel (LIRTES) ; Jean-Luc Primon (URMIS)
Autres participant.e.s : Brahim Azaoui (LIRDEF) ; Audrey Boulin (EMA) ; Thomas Douniès (CURAPP-ESS) ; Leïla Frouillou (CRESPPA-GTM) ; Aksel Kilic (Cerlis) ; Catherine Mendonça-Dias (DILTEC) ; Simona Tersigni (Sophiapol) ; Marie-Françoise Valette (MIGRINTER)
LIBRCIRC — La circulation : liberté, condition ou contrainte ?Le colloque LibrCirc constituera donc l’occasion de faire le point sur les récits et les pratiques de la libre circulation en Europe, dans un contexte où sont régulièrement discutés « crise des migrants/des réfugiés », risques sécuritaires, notamment la violence terroriste, les tentations protectionnistes et la montée des populismes.01 (11/18)El Qadim Nora, Cresppa, LabTopParticipant.e.s fellows : Marie-Laure Basilien Gainche, PU (EDPL) ; Emmanuel Blanchard, MCF (CESDIP) ; Florence Boyer, CR (Urmis) ; Emmanuel Chauvin, MCF (LISST) ; Olivier Clochard, CR  (MIGRINTER) ; Camille Gendrot, Doctorante (IREDIES) ; Laura Odasso, ATER (LAMES) ; Antoine Pécoud, PU (CERAL/Urmis)
Autres participant.e.s : Marie Bassi, MCF (ERMES) ; Pauline Brücker, Doctorante (CERI) ; Annalisa Lendaro, CR (CERTOP) ; Daniela Trucco, chercheuse associée (ERMES) ; Hélène Thiollet, CR (CERI)
MIGRATIONPROPAGANDA — When airwaves swing distant voices sing : The impact of multi-ethnic propaganda on out-migrationCe projet a pour objectif d’analyser l’impact de la propagande multiethnique sur l’émigration au Sud-Tyrol dans les années 1930, dans le contexte d’une expérimentation à grande échelle de choix de migration entre l'Allemagne nazie et l'Italie fasciste.01 (11/18)Lochmann Alexia, PjSEParticipant.e.s fellows : Max Viskanic, doctorant (LIEPP)
MOBSOC — Colloque « Mobilités sociales et migrations internationales »Ce colloque de deux jours portera sur l’’articulation entre mobilités sociales et mobilités géographiques appliquée aux migrations internationales.01 (11/18)Bidet Jennifer, Cerlis et Simeng Wang, Cermes3Participant.e.s fellows : Hugo Breant (DYSOLAB-CESSP), Amélie Grysole (CEET-CMH), Liza Terrazzoni (CEMS)
Autres participant.e.s : Anton Perdoncin (IDHES-CMH),
NEGOCIATING ASYLUM — Negotiating asylum and accommodation Migrants, refugees and hosting societiesCe colloque international « Négocier l’accueil » (Paris, Institut Historique Allemand et Couvent des Récollets, 20-22 mars 2019) se propose de mettre en perspective les pratiques et les acteurs des négociations et des discours de justification de l’accueil des migrants, du 16e siècle jusqu’à nos jours.01 (11/18)Monge Mathilde, FRAMESPAParticipant.e.s fellows : Delphine Diaz, MCF (CERHIC/ Projet ANR Asileurope XIX) ; Catherine Goussef, DR (CERCEC)Autres participant.e.s : Marianne Amar (Musée national de l’Histoire de l’Immigration / ISSP), Susanne Lachenicht (Universität Bayreuth) ; Isabelle Lacoue-Labarthe (LaSSP) ; Alexandre Massé, (FRAMESPA) ; Annelise Rodrigo (FRAMESPA), Laure Teulières (FRAMESPA)
OBSTERFRO — Observatoire des Territoires FrontaliersL’objectif de ce projet de recherche collaboratif est de construire un Observatoire des Territoires Frontaliers (Alpes-Maritimes, Hautes-Alpes et Calaisis) : un dispositif multisitué d’observation, d’analyse et de réflexion comparative et interdisciplinaire sur les redéfinitions de l’espace migratoire à l’échelle européenne. Le projet prévoit la construction d’un séminaire itinérant régulier (4 séances en 12 mois), ouvert au public, comportant des visites des divers terrains des chercheur.e.s impliqués dans ce réseau.01 (11/18)Giliberti Luca, UrmisParticipant.e.s fellows : Swanie Potot, CR  (Urmis) ; Yvan Gastaut, MCF (Urmis) ; Camille Guénebeaud, ATER  (TVES) ; Alexandra Galitzine-Loumpet, chargée de cours (CESSMA) ; Chloé Tisserand, Doctorante (CeRIES)
Autres participant.e.s : Pinar Selek, MCF (Urmis) ; Daniela Trucco, chercheuse associée (Ermes) ; Cecilia Vergnano, post-doc (AISSR-Amsterdam Agnès Lerolle, chargée de coordination de la CAFFIM
PM+ — Accompagnement psycho-social de personnes exilées : une étude piloteCe projet vise à évaluer dans le contexte français la faisabilité de la mise en œuvre d’une intervention d’accompagnement psycho-social des personnes exilées originaires de Syrie.01 (11/18)Torteli Andrea, U955Participant.e.s fellows : Julie Pannetier (CRESPPA), Maria Melchior (IPLESP)
SOIGNER — Journées d'étude « Soigner les exilés à la frontière », 25-26 novembre 2019Ces journées d'étude réunissent chercheurs de différentes disciplines et acteurs institutionnels ou associatifs du monde médical. Elles doivent permettre d'offrir un regard sur ce que signifie de soigner les exiles de Calais à Beyrouth ainsi que les spécificités liées à chaque "lieu-frontière".01 (11/18)Combes Jean-Baptiste, ARENES-CRAPE / EHESPParticipant.e.s fellows : Chloé Tisserand, doctorante (CeRIES) ; Gesine Sturm, MCF (LCPI) ; Andrea Tortelli, doctorante et psychiatre (Inserm) ; Elsa Tyszler (CREPPA)

Les postdocs

Thèmes de recherche : Histoire des sciences exactes au XIXe siècle, circulation des intellectuels et des étudiants, France et Italie, Histoire des universités. Les recherches d’Antonin Durand se sont poursuivies selon une double direction : 1/ l’étude des conditions de l’asile offert aux exilés politiques dans l’Europe du XIXe siècle dans le cadre du programme ANR AsileuropeXIX; 2/ l’étude des mobilités étudiantes au départ de France et d’Italie de la fin du XIXe siècle à la Seconde Guerre mondiale, en particulier dans le cadre du programme ANR « Global Youth » sur la Cité internationale étudiante de Paris.

Page personnelle
antonin.durand(at)icmigrations.fr

Thèmes de recherche : statut légal des migrants et impact à long terme des migrations clandestines ; afflux de réfugiés syriens en Jordanie et impact sur la mobilité interne, les migrations internationales et de retour des Jordaniens; réformes des politiques familiales en France, en rapport avec les choix de fécondité des femmes et leur offre de travail. Les recherches se sont poursuivies autour de trois directions : 1/ l’impact de la migration de retour sur la mobilité professionnelle des migrants vis-à-vis des non-migrants en utilisant des données d’enquête sur le marché de travail en Égypte ; 2/l’impact de l’afflux de réfugiés syriens en Jordanie sur la mobilité des Jordaniens en termes de mobilité résidentielle, mobilité pour l’emploi, émigration internationale et migration de retour ; 3/ l’impact différentiel de la dévaluation du taux de change en Égypte en 2016 (après un régime de taux de change fixe) sur les ménages de migrants vis-à-vis des ménages de non-migrants.

Page personnelle
nelly.elmallakh(at)icmigrations.fr

Thèmes de recherche : Santé et genre, santé publique et prévention, migrations internationales, vulnérabilité, SIDA et hépatites. Les travaux se déroulent autour de deux axes principaux : 1/ fin de la phase pilote d’une recherche interventionnelle et participative (Makasi) visant à améliorer la santé sexuelle des immigrés d’Afrique subsaharienne en France ; 2/ développement d’un deuxième axe toujours sur la santé des immigrés, mais concernant un autre aspect : la santé au travail à partir d’enquêtes en population qui mesurent les expositions professionnelles parmi les populations immigrées en Espagne et en Australie.

Page personnelle
anne.gosselin(at)icmigrations.fr

Catégories ethno-raciales, rapports sociaux de race, famille, reproduction, socialisation raciale. Les travaux se déroulent autour de deux axes principaux : 1/ volet institutionnel, avec projet d'une ethnographie de deux centres de procréation médicalement assistée en France ; 2/ entretiens avec des couples ayant recours à une assistance médicale à la procréation (AMP) en France (couples hétérosexuels) et à l'étranger (couples de femmes), afin d'explorer les trajectoires et parcours de reproduction de ces couples et de comprendre dans quelle mesure et de quelle manière ils se voient confrontés à la question raciale au cours de la procédure de procréation, et comment la question raciale est appréhendée du point de vue du projet parental.

Page personnelle
solene.brun(at)icmigrations.fr

Thèmes de recherche : Politique migratoire, action publique, construction européenne, sociologie de la déviance, sociologie des acteurs. Les recherches se sont poursuivies autour de deux directions : 1/ coordination de l’ouvrage Police des migrants : filtrer, disperser, harceler, à paraître en avril 2019 dans la collection Bibliothèque des frontières des éditions Le passager Clandestin ; 2/ finalisation d’un article pour la revue Journal of Ethnic and Migration Studies intitulé : « Crisis of Schengen? The transformation of border police practices at the Schengen internal borders in Ventimiglia in 2011 and 2015. ».

Page personnelle
sara.casella-colombeau(at)icmigrations.fr

Les anciens postdocs

Thèmes de recherche : Immigration de travail, discrimination liées à l’origine, minorités, mobilisations contre les discriminations. Les recherches se sont poursuivies autour de deux directions :1/ avancement de l’enquête sur les familles de cheminots marocains discriminés de la SNCF : prise de contacts et travail bibliographique ; 2/ co-organisation du colloque « Racisme et sexisme en procès » à l’Université Paris Nanterre-GIP Justice (12/2018) et présentation de deux communications ; intervention dans trois séminaires de recherche ; co-coordonition d’un numéro spécial pour la revue en ligne Métropolitiques ; collaborations avec le Défenseur des Droits et le GIS-GESTES.

Page personnelle
narguesse.keyhani(at)icmigrations.fr

Les doctorants

(A venir)