Migrations et multiculturalisme — Annuel, CEE-Sciences Po, Paris

Responsables

  • Mélodie Beaujeu
  • Virginie Guiraudon
  • Patrick Simon

Infos pratiques

  • Sciences Po, salle Jean Monnet, 56 rue Jacob, Paris
  • 12h30-14h30
  • Pour s’in­scrire voir ici

Présentation

Les migra­tions de masse qui se sont produites depuis les années 1950 ont profondé­ment trans­formé les struc­tures démo­graphiques, sociales, poli­tiques et économiques de nombreuses sociétés dans le monde, et singulière­ment des sociétés européennes. L’installation sur la longue durée des immi­grés, la montée en visi­bilité des « secondes généra­tions », la mise à l’agenda du multi­cul­tur­al­isme et l’existence de minorités ethniques et/​ou raciales redéfinis­sent les processus, voire les modèles, d’intégration. Ces évolu­tions se super­posent sur des divi­sions plus anci­ennes héritées de la dislo­ca­tion des empires multi­na­tionaux, de la coloni­sa­tion-décoloni­sa­tion ou de la traite esclavagiste. Ces situ­a­tions de diver­sité interne inter­vi­en­nent alors que les Etats-Nations entrent dans une nouvelle séquence de refon­da­tion mais aussi de crainte de dilu­tion. Elles inter­ro­gent ainsi les dynamiques de trans­for­ma­tion de l’État.

La gestion poli­tique de la diver­sité suit des régimes variés selon les config­u­ra­tions historiques des sociétés et leurs synthèses poli­tiques. Mais si les idio­syn­crasies nationales restent fortes, la circu­la­tion des modèles, le rôle d’homogénéisation des instances supra-nationales, les trans­po­si­tions d’expériences d’une société à l’autre conduisent à une forme d’unification (certes limitée) des réper­toires d’action et des référen­tiels, en miroir d’une recherche de plus en plus compara­tiste. La dimen­sion « européenne » n’est donc pas à négliger. Les ajuste­ments ne vont pas sans débats intenses sur le futur des sociétés multi­cul­turelles, aussi bien dans les arènes poli­tiques que dans les sciences sociales. Et le lien entre poli­tics et policy mérite d’être examiné tout comme l’usage des débats savants par les poli­tiques. Ces processus poli­tiques ont lieu en effet sur fond de révi­sion des théories et concepts dédiés à l’étude des migra­tions, de l’intégration et des discriminations.

Une littéra­ture impor­tante s’est attachée à étudier les poli­tiques d’immigration, d’une part, et les condi­tions d’arrivée et d’intégration des immi­grés ainsi que le rôle de la société d’accueil d’autre part. Les concepts de transna­tion­al­isme, l’attention portée aux migra­tions dites de retour, aux condi­tions d’émigration et aux trans­for­ma­tions que les migra­tions produisent dans les pays de départ, l’étude des inter­ac­tions entre poli­tiques de contrôle et carrières migra­toires illus­trent le renou­velle­ment et le dépasse­ment des prob­lé­ma­tiques de l’immigration. Les théories de l’assimilation et de l’intégration qui ont été formulées en Europe comme en Amérique du nord sont contred­ites et refor­mulées pour fournir une intel­li­gi­bilité des évolu­tions en cours. Alors que l’approche multi­cul­tur­al­iste fait l’objet d’attaques conver­gentes aussi bien dans les sphères poli­tiques qu’académiques, les poli­tiques de l’égalité sont remises en ques­tion par la persis­tance des inégal­ités sociales, sexuées et raciales — leur légitimité — faisant encore l’objet de débats intenses.

Les chantiers autour des ques­tions de migra­tion et de multi­cul­tur­al­isme sont ainsi nombreux. C’est l’ambition de ce sémi­naire que d’en sérier quelques uns autour de théma­tiques disputées. Il s’agit égale­ment de décloi­sonner un champ qui a tendance comme d’autres à se sous-spécialiser. Le thème du sémi­naire fait écho aux axes qui struc­turent la recherche au Centre d’études européennes et de poli­tique comparée. Par ailleurs, cette initia­tive s’appuie sur une masse critique de chercheur.e.s et de doctorant.e.s au sein du CEE et, plus avant, dans les centres de recherche de Sciences Po pour discuter des recherches menées dans d’autres cadres. En effet, ce sémi­naire reflète certaines des carac­téris­tiques fonda­trices du CEE : forte inter­dis­ci­pli­narité, ouver­ture aux approches comparées et multi-niveaux, plural­isme méthodologique, impli­ca­tion des doctor­ants, et dialogue engagé sur des ques­tions qui préoc­cu­pent les décideurs publics.

Programme

Mercredi 21 novembre 2018

  • Séance co-organ­isée avec le groupe de recherche « Migra­tions et Mobil­ités »
  • Paul MAY (Harvard Univer­sity, Weath­er­head Center for Inter­na­tional Affairs) : » Le modèle d’im­mi­gra­tion cana­dien, une source d’inspiration ? »
  • Discu­tante : Virginie Guiraudon (Sciences Po-CEE/CNRS)

Jeudi 14 mars 2019

Infor­ma­tions à venir

Mercredi 15 mai 2019

« Les migrants dans la grande salle d’at­tente européenne : regards croisés sur les lieux de transit »

Infor­ma­tions à venir