APPEL A COMMUNICATIONS : 64e Congrès de la Fédération historique Midi-​Pyrénées, « Migrants et migrations dans le Midi, de la Préhistoire à nos jours Montauban », Montauban, 11 – 13 octobre 2019 — LIMITE : 31/​01/​2019

Présentation

Le 64e congrès de la Fédération historique Midi-​Pyrénées, qui sera prob­a­ble­ment le premier d’une nouvelle Fédération s’étendant à l’ensemble de la région Occitanie-​Pyrénées-​Méditerranée, est organisé à Montauban du 11 au 13 octobre 2019, par l’Académie de Montauban, la Société archéologique et historique de Tarn-​et-​Garonne et la Société montal­banaise d’étude et de recherche sur le protestantisme.

Le thème retenu est celui de Migrants et migra­tions, dans le Midi, de la Préhistoire à nos jours. Les migra­tions humaines sont aussi anci­ennes que l’humanité. Depuis toujours, des hommes et des femmes n’ont cessé de bouger. Les causes des migra­tions sont multi­ples : événe­ments clima­tiques, raisons économiques, guerres, exils poli­tiques ou religieux, études, coloni­sa­tion… Il s’agira d’analyser les migra­tions qui concer­nent les régions mérid­ionales de la France en étant atten­tifs à leurs dynamiques avec, par exemple, des mobil­ités, d’abord tempo­raires, qui peuvent devenir perma­nentes. Cela concerne tous ceux qui ont choisi de quitter leur pays natal pour aller travailler et vivre dans une autre région ou un autre pays. Dans ce cas, ces migrants sont des émigrants et lorsqu’ils s’installent dans leur pays d’accueil, ils devi­en­nent des immi­grants. Les raisons qui les poussent à quitter leur pays natal méri­tent d’être analysées comme la manière dont ils ont été accueillis et les conséquences de leur instal­la­tion dans leur nouvelle terre d’adoption. La ques­tion de l’acculturation se pose en sachant que les migrants contribuent aussi à trans­former les sociétés dans lesquelles ils pren­nent racine. Il convient de ne pas négliger des migra­tions de courte distance qui sont parti­c­ulière­ment impor­tantes à certaines époques.

Beaucoup de ques­tions peuvent être posées. La mobilité est-​elle au cœur du fonc­tion­nement des sociétés anci­ennes ? Quelles sont les zones attrac­tives et les zones répul­sives ? Pourquoi les migrants et leurs familles ont-​ils été amenés à se déplacer ? Hommes, femmes et enfants vivent-​ils les migra­tions de la même façon ? Comment analyser le bras­sage des popu­la­tions tel qu’on peut l’observer à travers les recherches généalogiques, onomas­tiques, ethnologiques ou, main­tenant, géné­tiques ? Comment les émigrants se sont-​ils inté­grés et comment ont-​ils gardé la mémoire de leurs racines ? Quelles représen­ta­tions (littéraires ou artis­tiques) a‑t-​on pu en concevoir ?

Les migra­tions, qu’elles soient anci­ennes ou modernes, susci­tent discus­sions et contro­verses dans la commu­nauté scien­tifique comme dans la société. De vifs débats portent sur les migra­tions préhis­toriques ou sur les « grandes inva­sions » post-​romaines. Comment ces ques­tions se posent-​elles pour notre Midi à travers les âges ?

À l’époque médié­vale, des déplace­ments impor­tants ont eu lieu au temps des croisades, dans les terres de conquêtes, dans celles de la Reconquista ou encore le long du chemin de Saint-​Jacques-​de-​Compostelle. S’il n’est pas ques­tion d’analyser la répres­sion dont les juifs, les vaudois ou les « cathares » ont été les victimes, il serait intéres­sant d’étudier leurs déplace­ments dans notre Midi et autour de la Méditerranée. Des flux ont conduit les popu­la­tions des campagnes vers les villes ou d’une région à une autre, notam­ment en période de dépop­u­la­tion à cause des guerres ou de la Grande Peste puis de la recon­struc­tion des campagnes. Quelle a été l’ampleur de ces déplace­ments et quelles ont été leurs réper­cus­sions démo­graphiques et économiques à la fois dans les régions d’accueil et dans les foyers d’émigration ?

Mieux connus après la décou­verte du Nouveau Monde (1492), quels ont été les déplace­ments des popu­la­tions européennes vers les nouveaux empires colo­niaux ? Les conflits et les poli­tiques de discrim­i­na­tion religieuse ont conduit à des exils de croy­ants (Le Refuge protes­tant…). Les pouvoirs poli­tiques ont-​ils joué un rôle dans les migra­tions depuis le XVIe siècle ? Des moti­va­tions économiques ont aussi poussé de nombreux Méridionaux vers la pénin­sule ibérique avant que la direc­tion des flux ne s’inverse durant l’époque contemporaine.
Au XIXe siècle, avec l’essor des migra­tions transcon­ti­nen­tales, la mobilité se généralise à la surface de la terre et suscite des flux majeurs vers le conti­nent améri­cain. Quelle a été l’ampleur de ces flux, si l’on considère les départs de nos régions mérid­ionales ? Avec l’industrialisation, comment se sont mani­festés l’exode rural et le recours crois­sant à une main‑d’œuvre étrangère ?

Au XXe siècle, comment se pour­suivent les vagues d’exode vers d’autres conti­nents ? Comment les terri­bles conflits idéologiques ont-​ils donné lieu à des déplace­ments forcés de popu­la­tion, parfois massifs ? Comment nos régions mérid­ionales sont-​t-​elles devenues terre d’accueil pour des personnes orig­i­naires de la pénin­sule ital­i­enne, de l’Europe centrale, de la pénin­sule ibérique, notam­ment lors de la Retirada mais pas seule­ment, de l’Afrique du Nord, de l’Afrique subsa­hari­enne, de l’Asie du Sud-​Est, etc., sans oublier l’afflux de popu­la­tion vers les régions ensoleil­lées (par exemple des retraités et des Européens du Nord). Quel a été l’accueil des migrants et comment a‑t-​il évolué ?
Ainsi, pour­raient être abordés, à titre indi­catif, les migrants et les migra­tions dans les péri­odes suivantes :

  • les migra­tions préhis­toriques, proto­his­toriques (Celtes) et dans l’Antiquité (Romains) jusqu’aux grandes invasions ;
  • les mouve­ments migra­toires au Moyen Âge liés aux croisades, à la Reconquista ou au peuple­ment des villes et à la coloni­sa­tion agraire (fonda­tions de bastides et villes neuves), plus tard à la recon­struc­tion des campagnes après la guerre de Cent ans ; comment les migrants ont-​ils été accueillis, y compris par des insti­tu­tions spécifiques ?
  • à l’époque moderne, de grandes migra­tions à l’échelle européenne et mondiale vers les empires colo­niaux : départs impor­tants de certaines contrées (exils de croy­ants, migra­tions mérid­ionales vers la Péninsule ibérique ou vers les îles d’Amérique) et échanges de popu­la­tion autour de la Méditerranée ; quelles insti­tu­tions s’en occu­pent particulièrement ?
  • les grands flux migra­toires de l’époque contem­po­raine jusqu’à nos jours : vagues d’exodes ou arrivées de migrants d’origines diverses dans nos régions ; inter­ro­ga­tions sur l’existence de nouvelles formes de migra­tions ; analyses des défis actuels en matière d’accueil. Qu’a‑t-on appris des expéri­ences passées en matière d’accueil ; notre Midi a‑t-​il développé une pratique parti­c­ulière de l’accueil ?

Modalités de soumission

es personnes désireuses de présenter une commu­ni­ca­tion lors de ce congrès sont invitées à renvoyer cette fiche, par cour­rier ou cour­rier élec­tron­ique, à la Fédération historique de Midi-​Pyrénées, 11 – 14 Bd. Griffoul Dorval, 31400 Toulouse ou federationhistoriquemp@gmail.com avant le 31 janvier 2019.

  • Nom, prénom
  • Adresse postale
  • Adresse mail, numéro de téléphone
  • Société, insti­tu­tion, organ­isme d’appartenance
  • Titre de la communication

Joindre à cette fiche une propo­si­tion de résumé en 15 – 20 lignes (1 500 signes) de la commu­ni­ca­tion (à ce stade, il peut s’agir seule­ment d’un projet expli­catif de la commu­ni­ca­tion, le résumé définitif sera demandé pour le 15 avril 2019).
Les résumés des commu­ni­ca­tions retenues par le comité scien­tifique seront édités en un fasci­cule qui sera distribué aux congres­sistes et aux audi­teurs au début du congrès. Les commu­ni­ca­tions ne devront pas dépasser 20 minutes. Un temps d’échanges avec les audi­teurs est prévu. À l’issue du congrès, un comité de lecture sera mis en place afin de prévoir dans les meilleurs délais la publi­ca­tion des actes. Le texte de la commu­ni­ca­tion devra parvenir à la Fédération, sous forme numérique (pas plus de 30 000 signes + les illus­tra­tions), avant le 1er février 2020.

Informations pratiques

Date de la mani­fes­ta­tion : 11 – 13 octobre 2019.

Lieu : Fédération historique Midi-Pyrénées
Archives départe­men­tales de Haute-Garonne
11, boule­vard Griffoul-​Dorval, 31400 Toulouse, tél. 05 34 32 50 00

Adresse de contact : federationhistoriquemp@gmail.com