AMULOP — Semestriel, Paris

L’Association pour un musée du loge­ment popu­laire du Grand Paris (AMULOP) propose pour la deux­ième année l’organisation d’ateliers artic­ulés autour du loge­ment popu­laire, envisagé, de manière pluridis­ci­plinaire, comme un moyen d’aborder les trans­for­ma­tions sociales contem­po­raines en faisant des pratiques des habi­tants un sujet d’étude. Ce projet s’inscrit dans une démarche de synergie entre les différents acteurs scien­tifiques, culturels, mili­tants, et éducatifs du terri­toire de Seine-Saint-Denis.

20 février, 14 – 17h, 3 rue d’Ulm, salle de réunion du 4e étage (exceptionnellement)

Séance 1 : Patrimonialisation et muséographie des migrations.

Séance mutu­al­isée avec le sémi­naire « Global » de l’Institut conver­gence migra­tions, animé par Claire Zalc (CNRS-IHMC)

Cette première séance s’organisera en deux parties. La première sera consacrée au patri­moine des migra­tions, à partir des travaux de Michèle Baus­sant et Evelyne Ribert. La seconde partie prendra la forme d’une table ronde consacrée à une réflexion sur les enjeux de la mise en musée de l’histoire de l’immigration en France à partir du cas de la Cité nationale de l’Histoire de l’immigration. Son expo­si­tion perma­nente fait l’objet, depuis l’ouverture en 2007 de nombreux débats. Une nouvelle expo­si­tion est en voie de prépa­ra­tion. Nous revien­drons au cours de cette table ronde sur les méth­odes et collec­tions util­isées pour aborder l’histoire de l’immigration, avec des membres de l’ancien et du nouveau comité scien­tifique. Il s’agira d’éclairer les enjeux poli­tiques et scien­tifiques de cette histoire, et ses liens avec l’histoire colo­niale et mondiale de la France.

Invitées de la table ronde « Quelle muséo­gra­phie pour l’histoire de l’immigration ? Réflex­ions à partir du MNHI » animée par Muriel Cohen (docteure en histoire de l’université Paris 1) et Elodie Paillet (enseignante en Histoire-Géogra­phie à Ville­juif (94)) :

  • Hélène Bertheleu, soci­o­logue de la mémoire des migra­tions, univer­sité de Tours.
  • Marie-Claude Blanc-Chaléard, histo­ri­enne de l’immigration, professeur émérite de l’université Paris-Ouest Nanterre, membre du comité de préfig­u­ra­tion de la Cité nationale de l’histoire de l’immigration.
  • Elis­a­beth Jolys-Shimells, conser­va­trice du patri­moine, respon­s­able des collec­tions ethno­graphiques, Musée national de l’histoire de l’immigration.

20 mars 14h- 17h, salle 410 MSH Paris-Nord

Séance 2 : Le logement populaire entre sciences sociales et patrimoine, animée par Pierre Gilbert (MCF en sociologie, Université Paris 8) et Sébastien Radouan (MCF associé à l’ENSA Nantes)

Cette séance porte sur les intérieurs domes­tiques comme objet pour les sciences sociales et comme support de trans­mis­sion à un public large. Elle s’in­téresse à la culture matérielle et à l’ar­chi­tec­ture comme objet et source pour les recherches sur les classes popu­laires, mais aussi à la manière dont les objets domes­tiques et la morphologie des loge­ments peuvent être un support pour la muséo­gra­phie. Elle vise égale­ment à ques­tionner la conver­sion d’analyses produites par les sciences sociales sous une forme de patri­moine, et les effets de ce passage.

Invitées :

  • Monique Eleb, professeure hono­raire d’his­toire de l’ar­chi­tec­ture, École nationale supérieure d’ar­chi­tec­ture Paris-Malaquais
  • Anne Monjaret, ethno­logue, direc­trice de recherche au CNRS, IIAC /​équipe Lahic (CNRS-EHESS)
  • Valérie Lecoq, comé­di­enne et metteuse en scène, auteur et inter­prète de visites théâ­tral­isées dans des loge­ments popu­laires et des cités ouvrières

17 avril 14h-17h, salle 410 MSH Paris Nord

Séance 3 : De la maternelle à l’université : projet scientifique, démarches pédagogiques et publics d’un musée du logement populaire animée par Diane Chamboduc de Saint-Pulgent (doctorante en histoire à l’Université Paris 4, enseignante au lycée le Corbusier, Aubervilliers) et Cédric David (docteur en histoire contemporaine de l’Université Paris Ouest, enseignant au collège Jean Lurçat, Saint-Denis)

Dans le cadre du projet de musée du loge­ment popu­laire, cette séance portera sur la ques­tion du lien avec les publics scolaires et étudi­ants, des démarches péda­gogiques et de la manière dont le futur musée pourra servir de lieu de ressources et de forma­tions pour des enseignants de tous niveaux intéressés par les enjeux liés au loge­ment popu­laire et à l’urbanisation du Grand Paris.

22 mai 14h-17h, salle 410 MSH Paris Nord

Séance 4 : Des archives au musée, l’archive comme outil de médiation culturelle, animée par Cécilia Cardon (archiviste de la ville de Pantin (93)) et Aurélien Fayet (enseignant en Histoire-Géographie à Plaisir (78))

Le projet de l’AMULOP repose sur l’exploitation d’archives écrites, orales et photographiques, qui servi­ront de support à la future muséo­gra­phie du musée pour mettre en récit et incarner les histoires d’habitants. Cette séance reviendra donc sur des expéri­ences de médi­a­tion menées par des archivistes.

Un panorama des pratiques tradi­tion­nelles de valori­sa­tion des archives (expo­si­tions, publi­ca­tions, etc.) et des projets de médi­a­tion numérique menés par des services d’archives sera brossé par Élodie Belko­rchia. Après cet état des lieux, Julien Le Maguer­esse fera un retour d’ex­péri­ence sur l’ex­po­si­tion Zone B : Nanterre et la Défense (1950−1980).

Invité.e.s :

  • Élodie Belko­rchia, respon­s­able des pôles Conser­va­tion et valori­sa­tion patri­mo­ni­ales et Gestion et commu­ni­ca­tion des fonds icono­graphiques, audio­vi­suelles et numériques aux Archives munic­i­pales d’Aubervil­liers, coor­di­na­trice du groupe de travail Médi­a­tion ↔ Archives de l’As­so­ci­a­tion des archivistes français.
  • Julien Le Maguer­esse, chef du service des publics des Archives départe­men­tales des Hauts-de-Seine.

19 juin, 14h-17h, salle 410 MSH Paris Nord

Séance 5 : Entrer dans le logement : l’expérience sensible comme médiation de l’histoire sociale, animée par Gaïd Andro (MCF en didactique à l’Université de Nantes) et Laëtitia Benbassat (enseignante en histoire-géographie à Paris).

Cette séance a pour objectif de réfléchir aux outils de la médi­a­tion de l’his­toire et aux enjeux muséo­graphiques que cela suppose. Ce ques­tion­nement vise à enrichir la dynamique de patri­mo­ni­al­i­sa­tion des quartiers popu­laires d’une démarche d’his­tori­ci­sa­tion des pratiques des acteurs et d’une réflexion didac­tique en histoire sociale tournée vers les différents publics (notam­ment du territoire).

Invité.e.s :

  • Guil­laume Mazeau, maître de conférences en histoire moderne à Paris I (CRH 19/​IHTP), commis­saire d’ex­po­si­tion et conseiller historique pour le théâtre et le cinéma. Co-anima­teur du sémi­naire sur les médi­a­tions de l’his­toire à l’IHTP.
  • Isabelle Back­ouche (sous réserve), direc­trice de recherche EHESS, membre du CRH et membre du comité d’his­toire de la ville de Paris. Invitée notam­ment autour du projet de balade sonore « gens de la Seine ».
  • Asso­ci­a­tion la boîte à histoire autour de la notion d” « histoire publique » et à propos du festival « Secousse » (septembre 2018).

Présentation de l’AMULOP

Fondée en 2014, l’AMuLoP (Asso­ci­a­tion pour un musée du loge­ment popu­laire du Grand Paris) réunit un collectif de professeurs du secondaire et du supérieur, histo­riens, soci­o­logues, géographes, archi­tectes, et des acteurs du monde de la culture qui portent, à long terme, un projet de musée du loge­ment popu­laire sur le terri­toire de la Seine-Saint-Denis. Il s’agira de mettre en valeur la vie quoti­di­enne des habi­tants des quartiers popu­laires et les ques­tions sociales auxquelles ils ont été confrontés au gré de l’urbanisation et des muta­tions économiques de la banlieue parisi­enne : trans­for­ma­tion des condi­tions de loge­ment et de travail, des espaces publics et des modes de consom­ma­tion, migra­tions, mobil­ités rési­den­tielles, insalubrité et prob­lèmes de santé, soli­dar­ités et conflits, rapports aux insti­tu­tions publiques.

Pour aborder de façon vivante ces ques­tions, notre projet est de faire l’histoire des habi­tants succes­sifs d’un immeuble emblé­ma­tique de l’histoire de la banlieue nord-est. Ce sont les itinéraires des familles plus que le bâti­ment lui-même qui donneront corps au projet muséographique.

Envisagé comme un Work in Progress, ce projet néces­site de mener une réflexion sur les modal­ités et les possi­bil­ités de mise en musée du vécu des classes popu­laires en banlieue. Une première journée d’étude a été organ­isée en octobre 2016 sur la patri­mo­ni­al­i­sa­tion du quoti­dien des classes popu­laires et de nombreux ques­tion­nements ont été soulevés lors des ateliers Condorcet 2017 – 2018. Les rencon­tres organ­isées 2018 – 2019 perme­t­tront d’ap­pro­fondir des ques­tion­nements en croisant les approches historique, patri­mo­niale, péda­gogique, soci­ologique, géographique autour de la ques­tion de la représen­ta­tion du quoti­dien des habi­tants dans les quartiers populaires.

Contact : murielcohen_c@hotmail.com