Rencontre avec les fellows de l’ICM à l’issue de la représentation de Still in paradise — Samedi 6 avril 2019, Nouveau théâtre de Montreuil

© Pierre Abensur

Comment un Européen et un Égyp­tien dialoguent-ils par-dessus les préjugés ? Yan Duyvendak et Omar Ghayatt confron­tent leurs points de vue dans un spec­tacle participatif.

L’un est néer­landais et athée. L’autre, égyp­tien et musulman. Ils travail­lent ensemble depuis dix ans et ont traversé des malen­tendus, des conflits même. De cela, Yan Duyvendak et Omar Ghayatt ont tiré un spec­tacle composé de douze frag­ments. Chaque soir, le public est appelé à voter pour les séquences qu’il souhaite voir. Lesquelles choisirez-vous ? La ques­tion de la représen­ta­tion des Arabes au cinéma ou bien celle des clichés sur la sexu­alité occi­den­tale qui circu­lent en Égypte ? Préférez-vous entendre un témoignage sur le Print­emps arabe ou sur la réac­tion de part et d’autre de la Méditer­ranée suite aux atten­tats du 11 septembre 2001 ? Sans mâcher leurs mots, avec autodéri­sion et un brin de provo­ca­tion, les performeurs racon­tent, se souvi­en­nent, mobilisent l’image vidéo et quelques objets pour créer des situ­a­tions. Ce spec­tacle sur la complexité encourage à regarder en face nos idées reçues pour les inter­roger et mieux se comprendre. Il marque aussi le retour de Yan Duyvendak au Nouveau théâtre de Montreuil, après Please, Continue (Hamlet) en 2013.