INTERVENTION de Laurent Faret dans le séminaire « Anthropologie des déplacements. Mobilités, mouvements, mondialisation » — Mardi 18 juin 2019, 19h-​21h, EHESS, Paris

  • Mardi 18 juin 2019
  • 19h-​21h
  • EHESS, salle 8, 105 bd Raspail, Paris
  • Responsable : Michel Agier

Laurent Faret, (CESSMA/​Université Paris Diderot et IRD/​CIESAS Mexico)

Caravanes migratoires dans les Amériques. Nouvelle figure sociale de la mobilité internationale, entre vulnérabilités et politiques de contention

Le mouve­ment des cara­vanes de migrants centraméri­cains en route vers les États-​Unis a focalisé l’attention des médias depuis l’automne 2018, dans le contexte d’un posi­tion­nement de l’administration Trump qui a fait de la ques­tion migra­toire un thème de sécu­rité nationale, avec des effets induits sur les pays voisins et la gestion des fron­tières inter­na­tionales. Si ces déplace­ments migra­toires relèvent de formes moins nouvelles qu’il n’y paraît, leur exis­tence et leur actu­alité témoignent de modal­ités migra­toires en constante évolu­tion, à la fois résultat de subjec­ti­va­tions des acteurs de migra­tion comme des effets d’un ensemble de contextes locaux et inter­na­tionaux marqués par des poli­tiques de contention, d’externalisation des fron­tières et de vulnéra­bilité des popu­la­tions mobiles à différentes formes de violence structurelle.

Les « cara­vanes » constituent ainsi une figure sociale encore peu analysée comme telle, une forme renou­velée d’expression et de visi­bil­i­sa­tion de circuits migra­toires régionaux anciens, entre recherche de straté­gies migrantes, adap­ta­tion à la mise en œuvre de poli­tiques restric­tives et protec­tion vis-​à-​vis des groupes crim­inels tout au long des espaces de la mobilité. Cette séance du sémi­naire visera à mettre en débat les différentes expli­ca­tions à l’émergence de la figure de cara­vane et à ouvrir des pistes de réflexion sur ses effets à moyen terme et sur les perspec­tives analy­tiques que ces formes migra­toires appel­lent aujourd’hui.