Bienvenue au ciné-club de l’Institut Convergences Migrations !

Prof­i­tant du confine­ment, l’Institut Conver­gences Migra­tions vous propose son ciné-club mensuel en prolonge­ment du cycle « Migra­tions : des films et des chercheurs ». Confinés.es, partons néan­moins à la (re)découverte de films d’hier et d’aujourd’hui : récits d’exil et de fron­tières, mais aussi d’amour et d’hospitalité !

Cette première séance puise dans le fonds des films restaurés par la Ciné­math­èque française récem­ment mis en ligne. Au programme, deux films du patri­moine faisant inter­venir, devant et derrière la caméra, des artistes étrangers venus créer dans l’hexagone. Bons films

Nous, les Gitans d’Alberto Spadolini

Alberto Spadolini, danseur et choré­graphe italien, émigré en France dans les années 30, est un fami­lier de la scène artis­tique de Paris où il travaille avec Joséphine Baker, Serge Lifar, Mist­inguett, Django Rein­hardt… En 1950, il réalise et inter­prète Nous, les gitans, ode à la musique andalouse et à ses orig­ines nord africaines. On y découvre son solo qui fit couler beau­coup d’encre !

Voir le film

Albatros, debout malgré la tempête de Jean-Marie Boulet et Jérôme Diamant-Berger

Ce film retrace l’histoire du studio de cinéma l’Albatros. Fondé à Montreuil dans les années 1920 par des artistes russes en exil, dont Ivan Mosjoukine (le « Rudolph Valentino russe » ), ses produc­tions ont large­ment contribué à trans­former l’histoire du cinéma français par la force d’invention et de créa­tivité qui s’y est déployée. Le studio Alba­tros, dernier des « théâtres de prise de vue » est protégé au titre des Monu­ments historiques depuis 1997.

Voir le film