Le nouveau De facto est en ligne !

Comment se constru­isent les chiffres de l’immigration ? Comment se recueille et se conserve la mémoire de l’expérience migra­toire ou celle des luttes pour l’accueil des réfugiés ? Comment les histo­riens des péri­odes les plus anci­ennes, qui ne peuvent s’appuyer ni sur la statis­tique publique ni sur les récits des migrants, parvi­en­nent-ils malgré tout à recon­stituer les circuits migra­toires antiques ?

À la suite de la deux­ième journée scien­tifique de l’Institut Conver­gences Migra­tions, ce nouveau numéro de De Facto s’interroge sur la diver­sité des sources sur lesquelles s’appuient les études migra­toires. Pour construire un savoir rigoureux sur un objet si souvent fantasmé, une grande inven­tivité est parfois néces­saire pour pallier l’absence de données ou l’imprécision de la mémoire.

Lire le numéro

Sommaire

Ouvrir les archives de l’Ofpra, replacer l’asile dans l’histoire de l’immigration
Aline Angous­tures, historienne

Comment l’étude des monnaies aide-t-elle à comprendre l’histoire des migra­tions anciennes ?
Antony Hostein, histo­rien et numismate

Le Gisti : 50 ans de combats juridiques, 50 ans d’archives
Danièle Lochak, membre et anci­enne prési­dente du Gisti

Les para­pluies du Perthus. La Reti­rada et les para­doxes de la visibilité
Mari­anne Amar, historienne