Bienvenue dans De facto

Tous nos numéros

Les images migrent aussi
24 | Janvier 2021

Diaspora chinoise, géné­ra­tions, engagement
23 | Novembre 2020

Aux sources de la migra­tion
22 | Octobre 2020

Comment l’enquête Trajec­toires et Origines a changé la donne sur les statis­tiques ethniques en France
21 | Été 2020

Migra­tion, inté­gra­tion et culture : approches économiques
20 | Juin 2020

Inéga­lités ethno-raciales 
et coro­na­virus
19 | Mai 2020

Les migrants dans l’épidémie : 
un temps d’épreuves cumulées
18 | Avril 2020

Jeunes en migration,
entre défiance et protection
17 | Mars 2020

Les villes accueillantes
16 | Février 2020

Chif­frer les migra­tions : à quelles fins ?
15 | Janvier 2020

En atten­dant les papiers
14 | Décembre 2019

Classes supé­rieures et diplômés
face au racisme et aux discri­mi­na­tions en France

13 | Novembre 2019

Les femmes sont-elles
des « travailleurs immigrés »
comme les autres ?

12 | Octobre 2019

Réfu­giés : du Niger à la Dordogne
10–11 | Été 2019

Les migra­tions contribuent-elles
à améliorer la condi­tion des femmes
au pays d’origine ?

9 | Juillet 2019

La santé mentale des immigré.e.s
se dété­riore après leur arrivée
8 | Juin 2019

Sonder et comprendre les opinions
sur les immi­grés et les minorités
7 | Mai 2019

La société française
et la construction
du « problème musulman »
6 | Avril 2019

Les mobi­lités étudiantes
et le plan gouvernemental
“Bien­venue en France”
5 | Mars 2019

Le main­tien de l’État providence
est-il compa­tible avec l’accueil
des migrants
4
| Février 2019

La migra­tion est aussi
une affaire de mots
3 | Janvier 2019

Orga­ni­sa­tions internationales
et mobilités
2 | Décembre 2018

Migra­tions africaines :
circu­la­tions et retours
1 | Novembre 2018

Dernier numéro

D’après un récent sondage, l’immigration n’est une préoc­cu­pa­tion que pour 29 % des Fran­çais et Fran­çaises, loin derrière le pouvoir d’achat (51 %), le système de santé (32 %) et l’environnement (30 %). Pour­tant, l’immigration est le deuxième sujet porté par les candi­dats et candi­dates à la prési­den­tielle 2022, après l’épidémie de Covid-19, et il fait l’objet de nombreuses fake news, ou infox en fran­çais. Ce terme, retenu par l’Académie Fran­çaise en octobre 2018 désigne une infor­ma­tion menson­gère ou déli­bé­ré­ment biaisée pour induire en erreur et être diffusée auprès d’un large public.

À cet égard, le rôle des médias, notam­ment dans le cadre du direct, et des réseaux sociaux est fonda­mental. Ils contri­buent à influencer l’opinion publique, c’est-à-dire l’état d’esprit majo­ri­taire de la popu­la­tion, et, indi­rec­te­ment, le vote des citoyens et citoyennes. La qualité du trai­te­ment média­tique d’un sujet sociétal aussi central que la migra­tion est un enjeu essen­tiel pour la démo­cratie : sans débat public informé, repo­sant sur des faits établis et des infor­ma­tions fiables, point de propo­si­tions poli­tiques réalistes et perti­nentes, point non plus de confiance et de choix informés de la part des citoyens et citoyennes.

Le déca­lage entre les préoc­cu­pa­tions réelles de la popu­la­tion et la couver­ture des ques­tions migra­toires dans l’espace média­tique est au cœur de ce numéro de De facto.